RMC

"Expliquez-nous" - Budget de l'Elysée: Emmanuel Macron dépense-t-il beaucoup?

L'Assemblée nationale a voté de budget de l’Elysée en hausse de 2,25% à 105 millions d’euros. Une hausse critiquée par l’opposition qui reproche au président de la République de coûter trop cher.

Emmanuel Macron dépense tous les ans un peu plus. Et tous les ans, plus que ce que prévoit son budget. L’Elysée doit à chaque fois puiser dans ses réserves. Le président de la République dépense sensiblement plus que François Hollande. À peu près autant que Nicolas Sarkozy.

Cette hausse de 3 millions trois cent mille euros s’explique. Par exemple, le coût des gendarmes qui assurent la sécurité de l'Elysée était jusqu'à présent pris en charge par le ministre de l'Intérieur, désormais, c’est la présidence qui paye. Ce transfert à lui seul explique la moitié de la hausse. Pour le reste, des investissements vont être faits en matière de communications et d’informatique. L’Elysée se modernise.

Et pour l’augmentation des frais de déplacement ou de repas, le conseiller communication de l’Elysée Joseph Zimet a une explication simple : "On dépense plus que sous François Hollande parce qu’on travaille plus”. Et dans une interview très récente à l’Obs. Il expliquait qu’Emmanuel Macron rembourse les cuisines lorsqu'il invite sa famille à déjeuner, qu’il a remboursé 5000 euros pour des voyages privés et qu’il paye de sa poche les croquettes de son chien Némo. À en croire son conseiller, il serait presque aussi vertueux que le Général de Gaulle qui avait fait installer un compteur électrique privé pour les appartements privés.

Une accumulation de symboles

Il y a pourtant des dépenses qui passent mal. Par exemple la piscine de Brégançon, la moquette de la salle des fêtes, ou encore la vaisselle de luxe. Prenons ces frais un par un. La piscine de Brégançon a coûté 34.000 euros. C’est une piscine hors-sol, pas vraiment un luxe dans ce vieux fort qui n’a pas de vraie plage. La moquette de la salle des fêtes. Elle a coûté 300.000 euros pour mille mètres carré. 300 euros le mètre carré. J’ai regardé, c’est deux fois plus cher que le haut de gamme de Saint-Maclou, mais on trouve des moquettes de luxe beaucoup plus chères. Enfin le luxueux service de vaisselle en porcelaine, Le Canard enchaîné l’avait estimé à 500.000 euros. Sauf que c’est impossible à chiffrer. Il a été commandé à la manufacture nationale de Sèvres, dont la mission est de faire survivre l’art français de la céramique et de fournir gratuitement la vaisselle de l’Elysée.

Bref toutes ces dépenses peuvent se justifier une par une, mais le problème, c’est : la piscine, plus la moquette, plus la vaisselle. Plus 150.000 euros pour refaire la cuisine et une salle de bain du Fort de Brégançon. Plus 350.000 euros pour faire des travaux à la résidence de la Lanterne, dans le jardin du château de Versailles. On va notamment rénover la piscine. Ça fait beaucoup de symboles. Et ça ne passe pas. 

Tout est rendu public

L’affaire de la piscine de Brégançon avait été rendu publique au début du quinquennat au moment où l’on baissait les APL de 5 euros. La vaisselle estimée à 500.000 euros, c’était juste avant le début du mouvement des "gilets jaunes" et on en avait beaucoup parlé sur les ronds-points. L’opinion supporte de moins en moins bien tout ce qui ressemble aux privilèges. 

Tous les présidents ont toujours beaucoup dépensé. La nouveauté, c’est la transparence. Car même le Général de Gaulle, que l’on présente comme un modèle, faisait des dépenses somptuaires par exemple pour des dîners d’états fastueux et hors de prix. 

François Mitterrand servait du caviar sur les buffets de l’Elysée. Bernadette Chirac disait: à l’Elysée, on ne compte pas. Nicolas Sarkozy invitait 7500 personnes à la garden-party du 14 juillet.

Ce qui est nouveau effectivement, c’est que désormais tout est public. C’est l’ex-député socialiste René Dosiere qui s’est battu pendant des années pour que les dépenses présidentielles ne soient plus des secrets d’état. Il raconte son combat dans un livre Frais de palais”. Il a déposé 183 questions écrites avant d’obtenir les réponses. Désormais et grâce à lui, on sait tout ou presque. On sait que lorsque l’on paie 100 euros d'impôt, il y a 1 centime pour les dépenses de l’Elysée. 

Nicolas Poincaré