RMC

La France est-elle vraiment un paradis de l'investissement industriel?

En marge de la 4e édition du sommet "Choose France" ("Choisir la France"), le gouvernement annonce une vingtaine de projets d’investissements en France.

"Make France Great Again"? 21 entreprises étrangères annoncent plus de 4 milliards d'euros d’investissements et la création de plus de 10.000 emplois pour ces projets, auxquels s’ajoutent plus de 16.000 emplois intérimaires. 

Les projets les plus spectaculaires sont ceux du chimiste allemand BASF à Chalampé, dans la région Grand Est, les usines de recyclage de l’Américain Eastman et de Loop industrie.

Il y a donc plusieurs projets touchent la santé, et aussi la fabrication de vaccins, notamment ceux de l’Américain Pfizer, du Britannique GSK, de l’Allemand Merck. Et beaucoup d’autres dans l’agroalimentaire et les services aux entreprises.

>> Tous les podcasts d'Emmanuel Lechypre sur RMC

La France serait le pays le plus attractif d’Europe

Depuis 2018, la France occupe la première place du classement européen réalisé par EY des pays les plus attractifs, devant le Royaume-Uni et l’Allemagne. S’agissant plus spécifiquement des investissements industriels, la France est également leader devant la Turquie, le Royaume-Uni et la Russie.

La France est également au 1er rang européen pour les investissements en Recherche et développement (R&D), avec l’installation de centres de R&D notamment. Le baromètre EY recense 115 nouveaux investissements pour l’année 2020. 

Les investissements français à l’étranger plus élevés que les investissements étrangers en France

Est-ce bon pour la réindustrialisation de la France? Evidemment, et notamment pour les territoires puisque plus de 4 projets industriels sur 10 se font dans des villes de moins de 20.000 habitants. Mais est-ce que ça veut dire que l’industrie se renforce ? A la marge seulement.

Pour l’industrie, on parle de 300 à 400 projets par an, il y a 60.000 usines en France. Donc ce n'est pas grand chose. On peut se réjouir en revanche du recensement Trendeo qui énonce que depuis 2017, il y a eu 120 usines de plus, soit 25 par an.

Et puis surtout, pour mesurer l’état de notre tissu industriel, il faut regarder les usines qui arrivent, mais aussi celles qui partent ou ne sont pas créées en France par les groupes français.

Or, depuis 2010, chaque année, 2013 excepté, les investissements français à l’étranger sont plus élevés de 20 milliards d'euros que les investissements étrangers en France. Voilà pourquoi notre balance commerciale est largement déficitaire et que notre compétitivité ne s'améliore pas. 

Emmanuel Lechypre (édité par J.A.)