RMC

Le Parlement donne son feu vert à la nomination de Luc Rémont à la tête d'EDF

Le Parlement a approuvé mercredi la désignation de Luc Rémont, proposée par l'Elysée, pour prendre la tête d'EDF.

Les commissions des Affaires économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat "ont émis un avis favorable à la nomination de Luc Rémont aux fonctions de PDG d'EDF", proposée fin septembre par le président de la République, Emmanuel Macron, annonce un communiqué de l'Assemblée nationale.

Au Sénat, elle a été approuvé avec 26 voix pour et 19 contre et l'Assemblée nationale, à 32 voix pour, 29 contre et trois bulletins blancs. C'est un pas de plus vers sa désignation officielle qui se déroulera par décret du Président de la République, après sa désignation comme administrateur de l'énergéticien français.

Nucléaire, renationalisation, salaires...

Luc Rémont va succéder à Jean-Bernard Lévy, sur le départ de la direction d'EDF depuis cet été, en même temps que l'annonce du projet de renationalisation du groupe électrique français.

Actuellement dirigeant de Schneider Electric, Luc Rémont a présenté face aux parlementaires son plan pour faire face à ce qu'il appelle "une crise sérieuse": dette gigantesque, production nucléaire au plus bas, à cause de maintenances ou de problèmes de corrosion, à l'approche d'un hiver à haut risque. L'urgence pour EDF est de redémarrer suffisamment de réacteurs pour faire face aux pics de consommation de l'hiver.

"Dans ce contexte de crise énergétique, EDF traverse elle-même une crise sérieuse, d'ordre technique et industrielle, qui accentue la tension sur l'offre d'énergie", a-t-il constaté.

Une fois nommé par décret, Luc Rémont devra aussi accompagner la suite de la renationalisation du groupe. Le tout dans un contexte tendu, alors qu'une partie des centrales nucléaires du pays ont été bloquées par un mouvement de grève pour les salaires, même si un accord a été signé la semaine dernière entre direction et syndicats.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC