RMC

Le pouvoir d'achat immobilier s'effondre sur les cinq dernières années

Le pouvoir d'achat immobilier a baissé dans les grandes villes de France, parfois très nettement, lors des cinq dernières années. Les explications de Marie Coeurderoy.

Des logements de plus en plus chers pour une taille de moins en moins grande. C'est le bilan fait par le site Meilleursagents sur ces cinq dernières années, qui permet de quantifier la perte de pouvoir d'achat immobilier des Français. La méthode est simple: on regarde le revenu médian des ménages dans les villes, les prix moyens au m², et les taux d'intérêt pratiqués par les banques. On en déduit ainsi une surface potentiellement achetable par les ménages.

Entre 2017 à 2022, le ménage moyen a perdu en moyenne 6m² de pouvoir d'achat dans les grandes villes de France, alors même que ces cinq dernières années les revenus des ménages ont globalement progressé et que les taux d'intérêt des crédits immobiliers n'étaient jamais descendus aussi bas.

>>> Retrouvez toutes les chroniques de Marie Coeurderoy en podcast

Une conséquence de l'appétit des Français pour la pierre

C'est un comble quand on sait que le Covid nous a donné envie de plus d'espace. La raison: l'appétit des Français pour l'immobilier a fait flamber les prix. Ainsi avec le revenu moyen constaté localement, on ne peut même plus s'offrir 40m² dans aucune des onze grandes villes étudiées par le site Meilleursagents. En 2017, on était au delà dans quasiment la moitié de ces villes et on frôlait même les 50m² achetables à Rennes il y a cinq ans.

Rennes est d'ailleurs la "championne" de la perte de pouvoir d'achat immobilier sur le quinquennat. À Rennes, avec un revenu médian, on ne peut plus s'offrir que 33 m², soit 14m² achetables sur cinq ans: c'est la fameuse pièce en plus qu'on a tous voulu avoir pour télétravailler. La raison de cette perte est simple: les prix à Rennes ont flambés, avec 60% d'augmentation sur la période. Les revenus des habitants sont loins d'avoir progressé autant sur les cinq dernières années. Strasbourg, Nantes, Toulouse et Lyon ont également perdu l'équivalent d'une petite pièce sur cette période.

Les villes les plus chères ont perdu le moins de pouvoir d'achat immobilier

À l'inverse, Marie, c'est finalement dans les villes les plus chères de France que le pouvoir d'achat immobilier a le moins baissé. On a "seulement" perdu un mètre carré à Paris, deux à Nice, trois à Bordeaux et Montpellier. Les prix, déjà élevés, y ont un peu moins grimpé que dans les autres villes, mais surtout les revenus moyens y ont plus progressé, avec au delà des 10% de hausse des revenus sur cinq ans à Paris et Bordeaux.

En même temps, il faut bien voir que dans ces villes l'évolution a beau être la moins négative, dans l'absolu le pouvoir d'achat immobilier y est aussi le plus faible du pays : seulement 32m² achetable à Bordeaux avec un revenu médian, 27m² à Nice et 19 m² à Paris.

Marie Coeurderoy (édité par MM)