RMC

Le vendeur de meuble sur internet Made.com ferme, des clients privés de leurs commandes dans le flou

Les derniers clients du vendeur de meubles britannique Made.com sont dans le flou. Alors que l'entreprise est en liquidation judiciaire, certains craignent de ne pas être livrés et pire encore, de ne pas être remboursés.

Mauvaise surprise pour les clients de Made.com, une entreprise britannique d’ameublement. Le vendeur de meubles, en liquidation judiciaire depuis mardi va fermer: "Nous sommes désolés. Pour le moment Made.com ne prend plus de nouvelles commandes. Made Design Ltd a fait part de son intention de nommer un administrateur judiciaire", peut-on lire sur le site. Sur son site, Made.com promet d'honorer les commandes en cours.

Sauf que l’entreprise de livraison qui s’occupe des commandes françaises de Made.com assure le contraire à BFM Business. Selon elle, le siège britannique du vendeur de meubles lui a demandé de stopper toute activité. Le distributeur assure également ne pas être en possession d’une large partie des commandes.

Pour les clients ayant des commandes en cours, les recours pour se faire rembourser ne sont pas nombreux. Il faut essayer de faire marcher l’assurance bancaire si le paiement n’est pas encore passé mais même l'UFC-Que-Choisir souligne les incertitudes de ces démarches.

"Les limites de la dématérialisation"

"C'est honteux, vive la mondialisation", déplore ce vendredi sur le plateau d’Estelle Midi Thierry Moreau. "Ce sont les limites de la dématérialisation", abonde Charles-Edouard Magnan. "Il n’y a rien de physique, dès qu’il y a un problème, les recours sont dématérialisés et les droits sont aussi dématérialisés", déplore-t-il.

Estelle Denis assure avoir commandé sur le site Made.com un miroir six mois auparavant. Elle explique avoir reçu à l’époque une fin de non-recevoir en raison de l’absence de stocks et avoir pu se faire rembourser, mais sans information quant à la mauvaise situation financière du vendeur de meubles.

Victime de l'inflation et de la hausse du coût de la vie outre-Manche, l'entreprise a vu son cours chuter de 99% à la bourse de Londres. Aujourd'hui, une action de Made ne vaut plus que 0,5 penny soit un peu plus de 0,5 centime d'euros.

G.D.