RMC

Les Français contre un report de l'âge de départ à la retraite au-delà de 62 ans, selon un sondage

Dans le dernier baromètre Ifop-Altaprofits, les trois quarts des Français veulent un départ à la retraite à 62 ans ou moins et même un tiers souhaite un départ à 60 ans. Des chiffres qui montrent aussi un fossé générationnel entre jeunes actifs et retraités.

Emmanuel Macron veut enclencher rapidement la réforme des retraites. Face à lui, de nombreuses résistances. Mais la force de celles-ci dépendront des choix que le président de la Républiuqe fera. En effet, certaines voies paraissent, pour le chef de l'État, bien plus dangereuses que d’autres. Il y a trois possibilités pour réformer les retraites: soit demander aux Français de cotiser plus, soit de cotiser plus longtemps, soit de baisser les pensions.

>>> Retrouvez tous les rendez-vous économie sur RMC en podcasts

Pendant la campagne électorale, Emmanuel Macron avait défendu l'option d'un report de l’âge légal de 62 à 65 ans, puis 64 ans. Économiquement, il est vrai que c’est la plus rentable. Mais politiquement, c’est de loin la plus compliquée. La Quatrième édition du Baromètre 2022 de l'Epargne en France et en régions, publié par l'Ifop pour la société de conseil en gestion de patrimoine Altaprofits, le montre: 21% seulement des Français considèrent que "l'âge idéal de départ à la retraite", se situe au-delà de 62 ans. Presque trois quarts des Français le situent à 62 ans, comme aujourd'hui, voire moins. Seulement 8 % s'expriment pour un départ à 65 ans et 37% souhaitent un départ à 60 ans, comme avant les réformes de Nicolas Sarkozy.

Jeunes actifs contre retraités

Il y a un vrai fossé entre les générations: 81 % des moins de 35 ans sont favorables à un départ à 62 ans ou moins alors que 53% seulement des plus de 65 ans partagent cet avis. Il y a aussi une divergence financière entre les différents âges: les jeunes se disent pourquoi travailler aussi longtemps pour une retraite qui s’annonce bien maigre, alors que les retraités actuels ont peur pour leurs retraites. Enfin, il y a une différence culturelle car entre les générations, il n'y a pas le même rapport au travail.

La réforme la plus simple politiquement c'est de cotiser plus longtemps. C’est ce que prévoit la réforme portée par Marisol Touraine en 2014 et applicable depuis 2020. Le nombre de trimestres nécessaires pour toucher sa retraite à taux plein augmente au rythme d'un trimestre tous les trois ans pour atteindre, en 2035, 43 années de cotisation. L’autre possibilité pour Emmanuel Macron, c’est d’accélérer ce calendrier: cotiser un trimestre de plus non pas tous les trois ans mais tous les deux ans. Cela rapporte moins financièrement que de repousser l’age de départ, mais c’est plus acceptable pour les Français.

Emmanuel Lechypre (avec MM)