RMC

Manque de main d’œuvre: la grande inquiétude des patrons français

Deux tiers des dirigeants d’entreprise français craignent un manque de main d’œuvre dans les prochaines années.

63% des dirigeants d’entreprise français redoutent un manque de main d’œuvre dans les années à venir. C’est ce que montre une étude publiée par Indeed et Glassdor, premiers moteurs de recherche d’emploi au monde. Et ils sont même 35% à considérer que c’est le principal défi que vont devoir relever les entreprises dans les années à venir. Ce sont des proportions jamais vues !

Une inquiétude fondée sur les tendances démographiques. Par rapport aux autres pays du G7, la France est celui qui compte le moins de 25-54 ans dans ses rangs (moins de 36% contre 37% en Allemagne, 39% aux Etats-Unis, 42% en Chine), et ce au moins jusqu’en 2036.

En plus, les départs en retraite dans les dix prochaines années vont augmenter – parfois très significativement – dans certains métiers, en particulier pour des agents d'entretien, des enseignants, des conducteurs de véhicules ou certains types de cadres.

Augmenter les salaires, seule solution

Que comptent faire les entreprises? Il y a urgence puisqu’un dirigeant sur deux avoue que la difficulté à recruter a fait perdre de l’argent à son entreprise en 2021. Et donc dans ces cas-là, augmenter les salaires est la priorité absolue.

On le sait pour les grandes entreprises: +5% en moyenne en 2022 et 2023. Mais c’est vrai aussi pour les petites. Le centre des jeunes dirigeants a sondé les 6.000 patrons de TPE et PME: 70% d’entre eux ont fait le choix d’augmenter les salaires et ce, pas uniquement pour suivre l’inflation.

Et ce n’est pas fini puisqu’à l’échelle de l’Europe, d’ici 2030, 40 millions d’emplois pourraient ne pas trouver preneurs.

Emmanuel Lechypre