RMC

"On a besoin d’employés": les restaurateurs réclament la régularisation des sans-papiers

Président de l'Association française des maîtres restaurateurs, patron du "Mesturet" à Paris, Alain Fontaine plaide pour la régularisation des travailleurs sans-papiers face à la pénurie de main d’œuvre.

Faut-il régulariser les travailleurs sans-papiers? Selon les informations de RMC, certains ministres sont favorables à cette idée pour lutter contre la pénurie de main d’œuvre dans plusieurs secteurs. La restauration, notamment. "Il faut les aider, on a besoin d’employés", explique Alain Fontaine, président de l'Association française des maîtres restaurateurs et patron du "Mesturet" à Paris, qui avait déjà demandé au début de l’été d’avancer sur ce dossier.

"On finit par être entendu parce qu’il y a vraiment un sujet dans nos restaurants, mais pas que. Il y a beaucoup d’activités où on a un besoin de personnel considérable, souligne-t-il. On sait qu’on a des gens qu’on a formés dans nos lycées hôteliers, dans nos CFA. Ils étaient mineurs, ils n’étaient pas inquiétés par le problème de ne pas avoir de papiers. Mais on ne peut pas les employer, ils restent sur les trottoirs. A un moment donné, on les fait quand même rentrer dans nos établissements et on les aide auprès des préfectures pour qu’ils puissent avoir leurs papiers. Mais ça nous met dans des situations borderline au niveau de la régularité."

"Même avec des salaires augmentés, on n’arrive pas à trouver"

Dans la restauration, ces sans-papiers peuvent compenser la fuite des anciens salariés. "On a aujourd’hui des demandes d’emplois qui ne sont pas pourvues, parce que la société de loisirs est en marche, estime Alain Fontaine. Nous avons des métiers où on travaille le soir, le week-end. Vous avez des gens qui ne veulent plus faire ce travail-là. Et des Français qui préfèrent rester au chômage plutôt que de venir travailler dans nos entreprises. C’est clairement le Covid qui a accéléré ça, il y a eu un avant et un après. On a une disparition d’un grand nombre d’employés, qui étaient dans la restauration depuis des années et qui ne veulent plus faire ce métier-là. Mais même avec des salaires augmentés, on n’arrive pas à trouver. A un moment donné, le confort de vie prend le dessus."

Mais en demandant la régularisation des sans-papiers, le président de l'Association française des maîtres restaurateurs a conscience de toucher un point sensible au niveau politique. "L’immigration, on a bien compris que ça faisait partie des débats de la société, que ça s’invitait aux élections. Mais de l’autre côté, il y a un problème d’entreprises, un problème économique. Si on veut se développer, faire de la croissance, on a besoin d’employés. Il faut vraiment qu’on aille les chercher", appuie Alain Fontaine.

Une position partagée par Dominique, entrepreneur dans le BTP dans le Val-de-Marne et auditeur RMC: "Il faut les aider, les encourager, les embaucher. On ne peut pas être hors-la-loi. Il faut enlever l’image selon laquelle on paye très peu ces gens-là. C’est faux. Ils gagnent très bien leur vie. Quand vous êtes un vrai professionnel, vous n’avez plus l’âge de prendre des risques. On a besoin de ces gens-là, il faut que tout le monde le comprenne. On a besoin d’eux pour travailler, produire. Dans un beau pays comme la France, on a besoin de ces gens-là."

LP