RMC

"On vient déjà de subir +30% en dix ans": la taxe foncière risque encore de flamber

Avec l'inflation, le gouvernement table sur une hausse de 5.7% de la taxe foncière, qui devrait s'ajouter à des augmentations locales qui sont à la discrétion des collectivités territoriales.

La taxe foncière va-t-elle exploser? Le projet de loi de finances comprend, comme tous les ans, une révision forfaitaire des valeurs locatives qui servent de base de calcul à cet impôt. Avec l'inflation, le gouvernement anticipe une hausse de 5,7%, bien plus que les 3,4% de l'année précédente. En plus de cette hausse nationale, c'est aux communes de décider chacune le taux qu'elles appliquent, et la tendance est à la hausse.

La note devrait être encore plus salée l'année prochaine. Si vous êtes propriétaire, votre taxe foncière est calculée selon deux paramètres: le taux décidé par la commune et cette base décidée au niveau national, calculée à partir de la valeur du logement à la location.

Mécaniquement les communes vont donc récolter plus d'argent et elles en ont bien besoin, comme l'explique André Laignel, vice-président de l'association des maires de France.

"Les collectivités territoriales subissent l'inflation. Et si nous voulons ne pas être obligés de fermer les piscines, de baisser le chauffage dans les écoles, nous avons besoin aussi d'être protégés de l'inflation. Si on ne met pas à jour nos bases, nous ne serons pas en capacité de boucler notre budget".

"Les gens ne peuvent plus payer"

Mais Christophe Demerson, président de l'Union nationale des propriétaires immobiliers, craint que des hausses locales se surajoutent à cette hausse nationale.

"L'augmentation de 5.7%, en réalité, c'est le minimum du minimum. Derrière, il va y avoir l'accumulation de petites taxes et les augmentations de taxes qui vont être votées par les collectivités locales. On vient déjà de subir sur les dix dernières années plus de 30% de hausse. Aujourd'hui, le principe de réalité, c'est que les gens ne peuvent plus payer."

Comme pour l'essence ou l'énergie, un bouclier tarifaire sur cette hausse n'est pas exclu par le rapporteur du budget.

Martin Cadoret (édité par J.A.)