RMC

Pommes de terre, olives, lait: la sécheresse et l'inflation impactent la production agricole

Après la moutarde, d'autres produits vont-ils être concernés par des tensions dans un futur proche? Dominique Schelcher, président de Système U, confirme sur RMC-BFMTV que les olives et pomme de terre seront produites en moins grande quantité cette année en raison de la sécheresse.

Dominique Schelcher, président de Système U et invité de RMC-BFMTV ce vendredi matin, s'attend à des tensions sur les produits alimentaires dans le contexte mondial compliqué que nous connaissons. Il rentre dans la rhétorique du président de la République en reconnaissant que, depuis l'éclosion de la grande distribution ces 40 dernières années, il y avait "une certaine abondance de disponibilité de produits". Une page qui se tourne définitivement?

"Depuis quelque temps, le niveau de disponibilité des produits a baissé. Il y a des ruptures durables comme l'huile, la moutarde, conséquence de la guerre ou de mauvaise production à l’étranger, et des produits arrivent à manquer en rayons mais de manière perlée. Ça, c’est nouveau", reconnaît-il.

Le résultat d'un dérèglement global de notre économie, des matières premières qui augmentent, de la pénurie de chauffeurs… "Il y a des fournisseurs qui nous disent qu’ils ont de la marchandise en stock mais pas de chauffeurs pour venir livrer", confie Dominique Schelcher. "Ça, c’est notre quotidien. Ça peut expliquer ponctuellement l’indisponibilité de quelques produits pendant trois-quatre jours en magasin et ils reviennent après", rassure-t-il.

Grosse baisse de production pour les pommes de terre et les olives

Sur le plan des ruptures qui pourraient nous concerner dans un futur proche, le président de Système U alerte notamment sur les olives et les pommes de terre.

"En conséquence de la sécheresse et du dérèglement que l’on a vécu, il y aura évidemment une baisse de la productivité agricole. Pour la pomme de terre, les récoltes ne seront pas au niveau habituel. Les producteurs français d’olives nous disent qu’il y aura 50% de production en moins à cause des chaleurs. Il y a tout un enchaînement complexe qui se cumule face auquel on doit tous se mobiliser."

La récolte 2022 de pommes de terre s'annonce "catastrophique", en recul "d'au moins 20% par rapport à la moyenne des vingt dernières années", conséquence de la sécheresse historique qui a frappé la France, ont annoncé ce vendredi les producteurs.

Le lait va coûter plus cher

Les éleveurs craignent également pour leurs productions. Pour compenser les pertes de production "colossales" liées à la sécheresse, les éleveurs de ruminants (vaches, chèvres, moutons...) en ont d'ailleurs appelé jeudi à l'État, estimant avoir besoin de "2 à 4 milliards d'euros".

A cause de la sécheresse et de plusieurs épisodes de canicule, les prairies ne sont plus vertes et les rendements du maïs, constituant la base de l'alimentation des animaux d'élevage, sont amoindris, poussant des éleveurs de ruminants à déjà recourir à leurs stocks d'hiver pour nourrir leur cheptel.

Le lait va également être impacté par le contexte de l'inflation, Dominique Schelcher assurant qu'au mois de septembre: "Le lait de la marque U va augmenter, on va se rapprocher du 1 euro le litre", confirme-t-il sur RMC. Une hausse qui est également justifiée par la difficulté des producteurs à vivre de leur métier. "C'est une question de souveraineté alimentaire. Ce n'est pas possible que les producteurs de lait ne puissent pas vivre de leur production. Le mouvement est enclenché en ce sens. Serrons-nous les coudes", conclut-il.

J.A.