RMC

Pourquoi certaines régions consomment beaucoup plus de produits locaux

Les Alsaciens sont ceux qui consomment le plus de produits locaux. Le Bas-Rhin et le Haut-Rhin sont quasiment à égalité avec le poids des marques locales dans la grande distribution.

Il y a des régions dans lesquelles les consommateurs achètent le plus de produits locaux. Le Bas-Rhin et le Haut-Rhin sont quasiment à égalité avec la part des marques locales dans les paniers des consommateurs qui avoisine 8%, selon le panéliste spécialiste de la distribution IRI.

Arrivent ensuite les Bretons, assez loin derrière entre 5 et 5,8%, puis les Basques (4,5), devant les Franc-Comtois et les Savoyards. À l’autre bout du classement, les départements normands et l’Île-de-France, avec seulement 0,4% de produits locaux dans les paniers des ménages, tous canaux de la grande distribution confondus.

Les territoires qui consomment le plus de produits locaux sont d’abord les territoires qui ont une forte identité culturelle et culinaire, à laquelle ils sont attachés. Mais évidemment, les Alsaciens ne mangent pas que de la choucroute, les Bretons des galettes saucisses et du chou-fleur, les Basques du pâté et de la piperade.

Les ventes de produits locaux en progression partout

Ces régions possèdent aussi un système productif assez dense qui permet l'existence et la distribution de marques locales, notamment dans des catégories comme la charcuterie, les confitures, les biscuits, voire les fruits et légumes.

Les marques locales n'existent quasiment pas en Île-de-France, alors qu'il s'agit pourtant d'une grande région agricole et que la demande des consommateurs est présente. En dehors de la bière, l'économie francilienne n'est pas structurée pour produire des marques locales. Par ailleurs, beaucoup de Parisiens et de Franciliens ne sont pas nés en Île-de-France et sont attachés aux produits d'une autre région.

La bonne nouvelle, c’est que les ventes de produits locaux progressent partout. Jusqu’à 15 ou 20% depuis deux ans dans des départements comme l’Yonne, le Lot et l’Indre-et-Loire.

Emmanuel Lechypre