RMC

TotalEnergies: les bénéfices du géant pétrolier explosent au troisième trimestre

En plein débat sur les superprofits, le groupe pétrolier français TotalEnergies a annoncé jeudi que son bénéfice s'était envolé de 43% au troisième trimestre par rapport au même trimestre de 2021.

6,6 milliards de dollars. Le géant français du pétrole, TotalEnergies, a dévoilé ce jeudi ses résultats du troisième trimestre. Comme attendu, les bénéfices s’élèvent donc à un montant de 6,6 milliards de dollars, soit une augmentation de 43 % par rapport au T3 de 2021.

En plein débat sur les superprofits des compagnies énergétiques sur fonds de crise climatique, et alors que la classe politique française débat d'une éventuelle taxe, TotalEnergies a déjà engrangé en neuf mois plus de profits que l'an dernier: 17,3 milliards de dollars contre 16 milliards en tout en 2021.

Bruno Le Maire félicite Total

"Tant mieux", s'est immédiatement réjoui le ministre de l'Economie Bruno le Maire au micro de BFM Business.

"Nous devrions tous être fiers d'avoir une grande entreprise énergétique qui soit française comme Total", a dit le ministre en soulignant que ses gains permettent de "payer une remise sur les carburants" aux automobilistes français, et "d'augmenter les salaires de Total".

Le groupe a en effet annoncé un 13e mois à tous ses salariés dans le monde, et vient de signer un accord d'augmentation des salaires en France avec deux syndicats majoritaires après une longue grève dans ses raffineries qui continue de créer des ruptures de carburants dans les stations-service françaises.

Deux sites du groupe restaient jeudi en grève, à l'appel du syndicat CGT.

Dans un communiqué envoyé par anticipation dès mercredi, le collectif 350.org a de son côté dénoncé de "nouveaux profits obscènes" de TotalEnergies "au détriment des populations et de la planète", en soulignant que le groupe "responsable de certains des projets d'exploitation de combustibles fossiles les plus destructeurs de la planète" continue de "tirer impitoyablement profit de la guerre en Ukraine".

Total anticipe des prix du gaz toujours élévés

Le pétrole et le gaz ont largement dopé les profits du groupe. Le prix moyen du gaz naturel liquéfié (GNL), sur lequel TotalEnergies mise depuis plusieurs années, s'est envolé de 50% par rapport au deuxième trimestre, alors que l'Europe, privée du gaz russe, cherchait à remplir ses réserves pour l'hiver.

Le bénéfice a été réalisé en dépit d'une nouvelle provision de 3,1 milliards de dollars liée aux risques sur la Russie, après des provisions de 7,6 milliards lors des deux premiers trimestres.

"Dans un contexte marqué par un prix du Brent à 100 dollars le baril en moyenne et des prix du gaz exacerbés par l'agression militaire de l'Ukraine par la Russie, TotalEnergies a su tirer parti de son modèle intégré, notamment dans le gaz naturel liquéfié (GNL), pour générer des résultats en ligne avec les trimestres précédents", a commenté le PDG du groupe Patrick Pouyanné dans un communiqué.

Le secteur du gaz et des renouvelables a réalisé sur le trimestre un résultat opérationnel net ajusté "record" de 3,6 milliards de dollars, en hausse de 1,1 miliard par rapport au 2e trimestre, précise le communiqué.

Même si la production de GNL du groupe a baissé de 6% au troisième trimestre sur un an et que ses ventes totales de GNL ont baissé de 10% ce trimestre par rapport au trimestre précédent du fait de maintenances ou d'arrêts de production dans différentes usines, les ventes totales de GNL ont, elles, progressé de 5% sur un an "en raison de l'augmentation des achats spot permettant de maximiser l'utilisation des capacités de regazéification de TotalEnergies en Europe", détaille TotalEnergies.

Pour les mois à venir, le groupe compte sur le soutien aux cours du pétrole venu notamment de la décision des pays de l'OPEP+ de baisser les quotas de production de 2 millions de barils par jour et sur des prix du gaz "qui devraient rester élevés, portés par la nécessité d'importer du GNL en Europe pour remplacer les importations de gaz russe".

Hors les éléments exceptionnels dont les provisions à cause de la Russie, le résultat net ajusté du groupe atteint 9,9 milliards de dollars sur le trimestre, supérieur aux attentes d'un consensus d'analystes de Factset qui prévoyaient 9,6 milliards.

A.L. avec AFP