RMC

"Age d'équilibre" à 64 ans, décote/surcote: ce qu'il faut retenir du rapport Delevoye sur la réforme des retraites

RMC
"Chaque jour travaillé permettra d'acquérir des points", explique le haut-commissaire, qui juge ce nouveau système "plus juste" car "un euro cotisé vaudra les mêmes droits pour tous".

Dans le futur système des retraites, plus de régimes spéciaux mais les mêmes droits pour tous, c'est l'ensemble de la carrière qui sera pris en compte et non pas les 25 meilleurs années comme aujourd'hui ou encore les 6 derniers mois pour les fonctionnaires. 

Le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a dévoilé ses préconisations pour le futur "système universel" promis par Emmanuel Macron. 

Inciter "au prolongement de l'activité" avec un "âge d'équilibre" de départ à la retraite assorti d'un dispositif de décote/surcote: ce système par points doit être mis en place en 2025 et remplacera les 42 régimes de retraite actuels, actant la disparition des régimes spéciaux.

Un "âge d'équilibre" pour partir en retraite fixé à 64 ans: les Français sont-ils prêts à travailler davantage?

Chaque euro cotisé sera donc converti en points, dont la valeur devrait suivre l'évolution des salaires pour éviter que le pouvoir d'achat des retraités ne décroche. L'enveloppe dédiée à la solidarité restera la même, tout comme l'âge de départ, maintenu à 62 ans, mais le gouvernement envisage une décote pour inciter à partir plus tard.

Ainsi, si les assurés "auront toujours la liberté de partir en retraite" à l'âge légal de 62 ans, mais il y aura une "décote" en cas de départ avant ou une "majoration" pour ceux qui prolongeront leur activité au-delà.

Jean-Paul Delevoye propose un minimum de retraite égal à 85% du Smic net, un dispositif de réversion garantissant au survivant 70% de la retraite du couple et une majoration de 5% des pensions dès le premier enfant.

Ces préconisations devraient servir de base à un projet de loi maintes fois repoussé et attendu en Conseil des ministres à l'automne, avant un examen au Parlement probablement après les municipales de mars.

Victor Joanin avec Xavier Allain