RMC

Chiffres du chômage: dans la restauration, malgré les offres, on peine à recruter

La restauration est un secteur qui recrute

La restauration est un secteur qui recrute - AFP

REPORTAGE – Alors que les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration recherchent entre 30.000 et 50.000 personnes chaque année, bon nombre d'établissements n'arrivent pas à remplir leurs effectifs. C'est le cas par exemple d'un restaurant situé à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Baptême du feu pour Myriam El Khomri. Ce jeudi, la nouvelle ministre du Travail va vivre sa première publication des chiffres du chômage. Et même si en juillet, le nombre d'inscrits en catégorie A (en recherche d'emplois) avait baissé (-0.1%), le chômage tutoie toujours des niveaux records en France. Pourtant, des secteurs recrutent. C'est le cas par exemple dans l'hôtellerie et la restauration et notamment dans ce restaurant situé à Boulogne-Billancourt.

Sur place, alors que les commandes s'enchaînent, que la salle ne désemplit pas, la dizaine d'employés ne suffit pas. Selon François-Xavier Guilet en charge du recrutement, il manque en effet trois personnes: "On cherche à recruter deux personnes en salle et un chef de cuisine. On n'est quasiment jamais au complet, il manque toujours une ou deux personnes. C'est aussi parce que les gens partent très rapidement. Or quand on recrute, on a toujours besoin d'un peu de temps et c'est toujours ce temps-là qui manque".

"Ce sont des horaires de chien"

Il avoue aussi qu'il est "difficile de trouver des gens qui ont les compétences adéquates". La raison principale? Les horaires de travail. "On peut avoir des tranches horaires de 10-18h, de 17 à minuit ou encore de 18-02h… Et s'il y a besoin de plus, on revient sur un service pour aider. Il faut courir, cavaler… Ce sont des horaires de chien, il faut aimer. Cela n'attire pas tout de suite", estime Christophe, chef de salle.

Des horaires qui compliquent donc le recrutement. Et cette tendance se retrouve partout en France comme le confirme Bertand Milinaire organisateur du neuvième salon LHR-Emploi (hôtellerie restauration) qui ouvre ce jeudi à Paris et qui propose 3.000 offres d'emploi. "On manque de personnel et de personnel formé, indique-t-il. On parle d'un déficit de 30.000 à 50.000 emplois qui, chaque année, ne trouvent pas preneurs". Un secteur d'avenir donc d'autant plus que d'ici à 2025, le secteur de l'hôtellerie-restauration devrait créer 150.000 nouveaux postes.

Maxime Ricard avec Pierre Rigo