RMC

Coupures d'électricité de la CGT: "Qu'ils aillent couper à l'Elysée, pas dans les quartiers populaires!"

Commerçants et riverains de différents quartiers au Sud-Est de Paris ont vu leur électricité coupée mardi matin par la CGT Energie du Val du Marne et restent dans l'incompréhension de ce mode d'action.

Des clients d'hôtel coincés dans les ascenseurs, des commerçants impactés, des habitants dans le noir... Mardi matin, Rungis, Orly, Thiais, Fresnes, L'Hay-les-Roses au sud de Paris se sont retrouvés sans électricité parfois pendant plus d'1h30.

A Orly, les feux tricolores ne marchant plus, un accident de la route entre un bus et une voiture est survenu tôt dans la matinée, Le conducteur de la voiture a dû être désincarcéré par les sapeurs-pompiers.

La coupure de courant est un mode d'action que les habitants d'Orly ne comprennent pas, même si beaucoup soutiennent la grève. A 6h30 du matin mardi matin, Clémence, une habitante d'Orly se réveille sans électricité. Sauf que pour descendre sa fille handicapée sans ascenseur ça devient compliqué. "J'habite au quatrième, le temps de descendre avec les enfants c'était l'enfer".

Les boulangers coupés en plein rush

Du côté des commerçants d'Orly la coupure d'électricité a surtout perturbé les lèves-tôt, comme les boulangers. La boulangerie de Farid a été plongée dans le noir pendant 2h30.

"Les machines étaient bloquées. Ca me gonfle, franchement ça me gonfle, on a dû perdre 300-400 euros facile."

La grève, il la comprend, il la soutient. Mais aujourd'hui il perd patience. 

"C'est tout ceux qui sont au boulot comme nous qui sont en galère. Nos employés doivent toujours arriver en avance, repartir en retard, à cause des grèves. On ne sait pas quand ça va se finir mais on espère très vite."

Philippe Martinez ne dénonce pas

Et pourtant, la CGT Énergie 94 n'exclut pas de réitérer l'opération. Saïd un habitant d'Orly n'admet pas qu'on coupe le courant pour revendiquer ses idées.

"C'est taper dans les gens. Allez couper l'électricité à l'Elysée, pas dans les quartiers populaires !"

Le Premier ministre a condamné fermement ces coupures de courant. "L'outil de production, il se respecte; le service public, il se respecte; nos concitoyens, ils se respectent", a-t-il martelé. Le secrétaire général de la CGT invité de Bourdin direct ce mercredi matin ne dénonce en revanche pas ces actions.

Romain Poisot (avec J.A.)