RMC

Coupures d’électricité par des grévistes: "Aucun problème" pour la CGT Cheminots

Des grévistes ont coupé le courant pendant quelques heures ce jeudi, à Massy (Essonne) et Chaumont (Haute-Marne). Une action revendiquée par la CGT Energie, qui ne pose "aucun problème" au secrétaire général de la CGT Cheminots, Laurent Brun.

Pas d’électricité pendant quelques heures. A Massy (Essonne) et Chaumont (Haute-Marne), des grévistes ont coupé le courant ce jeudi dans le cadre de leur mouvement de protestation contre la réforme des retraites. Une action qui a été revendiquée par la CGT Energie. Claude Martin, secrétaire fédéral, a évoqué "une coupure très limitée dans le temps, moins de deux heures", et qui a touché selon lui surtout des entreprises: "C’était juste pour faire passer un message, comme quoi on avait bien les mains sur le réseau", a-t-il conclu.

"Les salariés utilisent toujours toutes les actions qui sont à leur disposition, dans la limite évidemment de la sécurité. Je n’ai aucun problème là-dessus, a affirmé un autre leader de la CGT, cette fois des cheminots, Laurent Brun, dans ‘Apolline Matin’ ce vendredi sur RMC et RMC Story. Si on coupe l’électricité chez moi, je jetterai tout ce que j’ai dans le congélateur. Cela ne me pose aucun problème. Si ça peut m’éviter de faire deux ans de plus au travail, je n’aurai aucun souci. C’est le gouvernement qui coupe l’électricité. C’est le gouvernement qui impose une réforme que 94% des salariés et plus de 70% de la population refusent. J’entendais que certains en appellent à la démocratie. Mais quand on a 94% des salariés qui sont contre une réforme, ce n’est pas la démocratie de l’imposer."

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

Une coupure de courant à l’Elysée, "ce serait rigolo"

La CGT Energie avait aussi envisagé de couper l’électricité de certains élus, mais ne l’a pas fait. "Cela ne me pose aucun problème, répète Laurent Brun. Nous sommes dans un rapport de force. (A l’Elysée ?) Ce serait rigolo. Nous n’avons pas de justification démocratique parce que la population est hostile à la réforme. Nous n’avons pas de justification économique puisqu’il y a des solutions alternatives. C’est ce que le gouvernement nous dit. Donc il est dans un rapport de force. Ce n’est pas une question de bonne compréhension, de morale. Le gouvernement nous dit: tant que j’ai le pouvoir, j’impose ce que je veux. Nous, nous disons que nous rentrons aussi dans le rapport de force et on va bloquer ce qu’on peut bloquer."

LP