RMC

Dans cette entreprise, tous les employés connaissent les salaires des autres

Des députés proposent qu'il soit obligé pour les entreprises de publier en interne le montant de leur plus petit et de leur plus gros salaire, ainsi que le salaire moyen et médian. Une transparence déjà appliquée dans certaines entreprises.

Faut-il plus de transparence sur les salaires au sein d'une même entreprise? Des députés de la majorité, Matthieu Orphelin en tête, proposent à l'occasion du projet de loi Pacte d'obliger les plus grandes entreprises à publier les écarts de salaires.

RMC est allé à la rencontre de salariés d'une PME parisienne, où la transparence est en vigueur depuis des années. Chez cet éditeur de logiciel, en trois clics, la centaine de salariés peut consulter tous les salaires. Ceux de Marie et de Bastien par exemple qui connaissent donc le salaire de l'un et de l'autre: "Ce que je trouve vraiment intéressant, c'est que ça désacralise vraiment ce tabou", juge Maire. "Il n'y a plus ces bruits de couloir de qui a eu une augmentation ou non", estime Bastien.

"Si un salarié est mal payé, on va corriger cette anomalie"

L'une des questions, c'est la pression qui pèse sur les hauts salaires, mérite-ils d'être mieux payé qu'un autre? Benoit qui est assez haut placé dans l'entreprise, réfute: "Je ne vois personne venir me voir en me disant 'vu que tu gagnes autant, tu devrais faire ça mieux'".

Et le patron Gilles Satché a mis en place cette transparence et y voit un intérêt majeur: "Si un salarié est mal payé, objectivement il va le voir, on va corriger cette anomalie et on va la corriger parce que dans le secteur high-tech, les salariés trouvent un jour du jour au lendemain, il n'est pas dans l'intérêt d'une entreprise de sous-payer ses salariés, parce que si elle les sous-paye, elle les perd".

Et ce qu'explique le patron, c'est que même à l'embauche, les jeunes employés sont payés autant que leurs aînés, s'ils ont les mêmes fonctions.

Thomas Chupin (avec P.B.)