RMC

Discrimination dans la fonction publique: "Je pensais que nos concours nous en protégeaient"

Annick Girardin reconnaît avoir été "choquée" par le rapport pointant la discrimination dans la fonction publique.

Annick Girardin reconnaît avoir été "choquée" par le rapport pointant la discrimination dans la fonction publique. - -

Un rapport remis au gouvernement fait état de la difficulté d'accès à la fonction publique des candidats d'origine maghrébine ou vivant dans les quartiers défavorisés. Un constat qui a surpris la ministre de la fonction publique Annick Girardin qui a défendu mercredi sur RMC des mesures pour y remédier.

Il y a quelques mois, le gouvernement lançait une campagne contre la discrimination à l'embauche. Dans un clip, il rappelait qu'à compétence égale, un nom et l'origine pouvaient obliger à envoyer quatre fois plus de CV pour décrocher un entretien. Mais cette discrimination dans le secteur privé n'épargne visiblement pas la fonction public. Un rapport remis à Manuel Valls mardi fait état de discriminations des candidats d'origine maghrébine ou vivant dans des quartiers défavorisés. Ils auraient ainsi plus de difficulté à accéder à la fonction publique, notamment hospitalière et territoriale. La ministre de la fonction publique Annick Girardin le reconnaît, elle a été "profondément choquée" par le résultat de ce rapport.

"Je m'attendais à une fonction publique beaucoup plus exemplaire en la matière. Je pensais que nos concours nous protégeaient davantage de la discrimination", regrette la ministre qui souhaite "faire la transparence sur cette question".

Elle défend toutefois des mesures mises en oeuvre depuis son arrivée à la tête du ministère il y a cinq mois. Elle mise notamment sur l'information autour de la fonction publique, prévue dans la loi égalité et citoyenneté.

"On retrouve souvent des enfants de fonctionnaires dans la fonction publique. Pourquoi, parce qu'on méconnaît totalement les 700 métiers de la fonction publique quand on n'a pas de parents dans la fonction publique", constate-t-elle. 

Préparer les jurys "à davantage d'ouverture"

En favorisant les interventions en milieu scolaire, les stages auprès de fonctionnaires pur les jeunes boursiers, elle espère déjà oeuvrer contre les discriminations. Il faut aussi selon elle "faciliter" l'accès au concours à travers une "troisième voie". "C'est une voie où l'on valorise l'expérience, le parcours des gens", détaille-t-elle comme le service civique d'un jeune ou sa formation en alternance. 

Annick Girardin reconnaît toutefois que cette "discrimination inconscience", ce "racisme invisible" est difficile à mesurer et que les jurys de concours doivent peut-être être davantage préparés. "Il faut que l'on lutte tous contre nos préjugés: je ne prends pas une femme parce qu'il y a de la difficulté de la maternité. Je prends un fils de fonctionnaire. Je reproduis un certain nombre de systèmes", constate-t-elle. Elle souhaite "professionnaliser les jurys et préparer les recruteurs à davantage d'ouverture".

Carole Blanchard