RMC

Éboueur licencié après une sieste: "Si on fait la même chose à l’Assemblée nationale, on risque de licencier beaucoup de parlementaires"

Adama Cissé a été photographié dans la rue allongé sur le sol chaussures enlevées. La photo diffusée sur les réseaux sociaux a provoqué son licenciement par  l’entreprise Derichebourg.

L’affaire a provoqué de nombreuses réactions. Un éboueur de la ville de Paris a été licencié par l’entreprise Derichebourg suite à une diffusion d’une photo sur les réseaux sociaux en septembre 2018. Sur celle-ci, on peut voir Adama Cissé, 37 ans, allongé dans sa tenue de travail dans la rue, ses chaussures et chaussettes retirées et posées à côté de lui. 

L’entreprise qui l’emploie a ouvert une procédure disciplinaire et a licencié l’employé pour faute grave. Un licenciement qu’a contesté l’intéressé ce mardi 14 janvier devant le tribunal des Prud’hommes. 

Adama Cissé a reçu le soutien plusieurs personnalités et notamment de la part de l’ancienne ministre, Cécile Duflot, aujourd’hui Directrice Générale d’Oxfam France. Celle-ci a publié sur Twitter une photo qui la montre endormie sur les bancs de l’Assemblée nationale en 2015.

"Il y a aussi une photo de moi endormie et sans contexte qui circule sur Twitter, c’est un peu pénible parfois, mais pour lui les conséquences sont dramatiques: @derichebourg et la ville de @Paris s’honoreraient de réparer ce qui ressemble à une injustice", écrit-elle.

Une attitude répréhensible ?

Pour Etienne Liebig, si le principe qui a été appliqué à Adama Cissé l’était aussi pour les députés et sénateurs, beaucoup de monde serait viré de son poste.

"Si on fait la même chose avec les sénateurs et les députés qui dorment à l’Assemblée nationale et au Sénat, on risque d'en licencier beaucoup. Ceci dit, ce qui dorme, c’est en général, parce qu’ils ont fait les séances de nuit et les autres ne dorment pas parce qu’ils étaient dans leur lit", ironise le chroniqueur des "Grandes Gueules". 

Cependant pour Kader, lui aussi agent de propreté à Marseille, l’attitude d’Adama Cissé est belle et bien répréhensible.

"Je suis désolé, mais je ne peux pas m’exposer moi sur la Canebière ou sur le Vieux-Port, les pieds sans chaussures, allongé. Attendez, mais on est où là ? Je n’ai rien contre Adama, mais si on laisse tout le monde faire la même chose, toute la France va se mettre en sieste", affirme-t-il. 

La décision du conseil des Prud’hommes de Créteil sera rendue le 19 juin. 

Guillaume Descours