RMC

Elections professionnelles dans les TPE: le dur combat des syndicats pour convaincre de l'utilité du scrutin

-

- - -

A partir de ce lundi et jusqu'au 6 avril, les salariés des TPE sont appelés à voter pour ce scrutin méconnu.

C’est un scrutin peu connu, et il concerne pourtant beaucoup de monde : 5 millions de salariés des TPE peuvent voter à partir de ce lundi et jusqu’au 6 avril. 

L'enjeu pour les salariés de ces entreprises de moins de 11 salariés : choisir le syndicat qui les représentera pour 4 ans et qui défendra leurs salaires et leurs conditions de travail dans les négociations de branche. Pour les syndicats, c'est l'occasion de gagner en poids au niveau national. 

Mais, ces élections sont traditionnellement très peu suivies. Seulement 7,35% de participation au dernier scurtin en 2017. Et cette année, la crise sanitaire a perturbé la campagne. Difficile en effet de sensibiliser les nombreux salariés en chômage partiel ou en télétravail.

"On ne s'en occupe pas, on n'en parle pas, on n'y pense même pas"

Les syndicats font tout pour mobiliser les salariés de TPE, mais ils partent de très loin. Pour le dernier jour de campagne pour Yves Veyrier, le numéro 1 de Force ouvrière, face à lui : 3 salariés d’une salle de sport pas vraiment concernés.

"On ne s'en occupe pas, on n'en parle pas, on n'y pense même pas. Surtout nous, on est une petite entreprise, on s'entend bien, si on a un souci on parle avec notre patron. On n'a pas besoin de tout ça."

Il faut donc les convaincre de l’importance des syndicats.

"Comme lundi je suis chez le Premier ministre, et que je vais lui dire que la prime Covid c'est sympa mais qu'on aimerait surtout augmenter le SMIC... Enfin qu'on soit en situation d'être reconnus sur ce qu'on défend du point de vue des salariés."

Même si le travail de terrain paye, et semble convaincre les interlocuteurs de l'utilité de l'élection, Yves Veyrier l’admet : il sera difficile de faire mieux que 8% de participation cette année. 

Victor Joanin (avec J.A.)