RMC

Télétravail: pourquoi de nombreuses entreprises ne jouent-elles pas le jeu?

Malgré les recommandations du gouvernement, une entreprise sur trois n'a toujours pas mis en place le télétravail.

Le télétravail poussé "au maximum", après l'appel de Jean Castex jeudi, les préfets doivent faire remonter leurs idées d'ici mardi. Selon une étude du ministère du Travail publiée dans le JDD, 34% des entreprises n'ont pas mis en place le télétravail alors que les postes concernés sont compatibles.

La ministre du Travail et à la ministre de la Fonction publique doivent établir rapidement, après concertation avec les partenaires sociaux, un protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises.

"Les contrôles vont augmenter", a prévenu dimanche le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. En face, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a taclé les entreprises qui n'ont pas joué le jeu.

"L'intégration des nouveaux collaborateurs ce n'est pas simple en télétravail"

Ce renforcement du télétravail est parfois difficile à mettre en place, tant pour les salariés que les employeurs. De zéro jours de télétravail à 3 désormais, imposés par son entreprise, Olivier, cadre du secteur bancaire, est bien embêté.

"C'est compliqué, j'ai besoin de plus de matériel informatique et j'ai une installation insuffisante chez moi pour faire mon travail. Donc j'utilise ma table de cuisine pour poser mes ordinateurs."

Télétravail forcé aussi, 4 jours sur 5, chez Zenride. Antoine Repoussard, le patron de cette entreprise parisienne, l'a imposé à contre-coeur, alors même qu'il vient de recruter.

"L'intégration des nouveaux collaborateurs ce n'est pas simple, ils sont jeunes, ils sortent d'études, ils habitent dans des logements qui peuvent être petits. Déjà que le soir ils ne peuvent pas sortir..."

"Les salariés sont libres"

Résultat: certains patrons décident de ne rien imposer à leurs salariés. C'est le cas de François-Xavier Panaget dans sa PME basée à Rennes, marqué par l'expérience du premier confinement

"Le premier mois on était tous en télétravail, et là, il y a eu une demande de plusieurs personnes dans l'équipe. Il y avait des demandes de revenir au bureau. Et maintenant on a rouvert cette possibilité. Les salariés sont libres"

Le patron assure quand même que le respect des gestes barrières et de la jauge des locaux, restent fondamentaux.

Martin Cadoret (avec J.A)