RMC

Grève: comment s'organisent les commerçants face à une baisse de la fréquentation

Face à la grève, les commerçants voient le nombre de clients baisser. Ils s'organisent comme ils peuvent même si, parfois, la situation est inextricable.

Avec le peu de transports dans Paris, certains commerçants sont obligés de constater les dégâts. Les clients sont moins nombreux et cela pèse sur leur chiffre d'affaires.

"Ce n'est pas le ménage qui va payer le loyer"

"Ça m’impacte dans la mesure où il n’y a personne. On a toujours quelque chose à faire dans un magasin. Mais le but, ce n’est pas de faire le ménage c’est de faire du chiffre, se désole Marlène Eledjam, gérante d'une boutique de maroquinerie sur les grands boulevards de la capitale. Parce que, à la fin du mois, il faut payer le loyer. Et ce n’est pas le ménage qui va le payer".

"On a beaucoup de stock"

Franck Mathais, porte-parole du magasin Jouet Club explique que cette situation a été envisagé en amont. "On a anticipé une fréquentation forte et, en même temps, un mouvement social qui pouvait durer. On a beaucoup de stock pour faire en sorte que l'on puisse réapprovisionner le magasin et servir les clients au fur et à mesure de leur venue chez nous".

"Si la mobilisation se poursuit, la situation sera vraiment difficile"

"Lorsque que vous êtes un commerçant, il est impossible de stocker des aliments frais au-delà de quelques jours, explique Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce. Donc si la mobilisation se poursuit, la situation sera vraiment difficile".

Marine Giraud (Maxime Trouleau)