RMC

Grévistes et supporters des Bleus: "L'important c'est quand même la loi El Khomri"

-

- - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

TEMOIGNAGES - Ils manifestent depuis trois mois partout en France, mais quel regard portent les opposants à la loi Travail sur l’Euro? Petit florilège de réactions de salariés rencontrés jeudi dans le cortège de manifestants à Toulouse. S'ils disent suivre les Bleus, la lutte sociale est toujours en toile de fond…

C'est le Jour J. Le coup d'envoi de l'Euro 2016 est donné ce vendredi. France-Roumanie ouvre le bal d'un mois de compétition. Mais le spectacle est incertain tant le pays est secoué par la fronde sociale et plombé par les craintes d'attentat. Car depuis trois mois, aux quatre coins de la France, les opposants à la loi Travail manifestent pour le retrait de ce texte. Pour autant, les grévistes demeurent des supporters de l'équipe de France.

"Je vais regarder le match d'ouverture et serai derrière les Bleus, témoigne ce salarié rencontré dans le cortège à Toulouse. Je suis derrière les Bleus parce que je suis un patriote et parce que l'Euro se passe en France". Louis, salarié dans le public et militant CGT, assure qu'il regardera les Bleus ce soir mais il reconnaît que "cette année ce sera un peu spécial": "L'Euro tremble pour le moment. On ne sait pas trop ce qu'il va se passer avec le mouvement".

"Salariés 2, gouvernement 0"

Jean-Claude Catala, l’un des responsables de la CGT à Toulouse, sera, lui aussi, derrière les Bleus dès ce soir, mais lorsqu'il en parle, la loi Travail n'est jamais loin. "Il y a une belle équipe de France. Didier Deschamps a construit quelque chose d'intéressant et il peut y avoir un résultat. J'ai surtout remarqué que l'état d'esprit a un peu changé par rapport à 2010, c'est bien", déclare-t-il avant d'estimer que "cela ne règlera pas tout". "Si la France fait un bon résultat, tout le monde sera satisfait. Mais l'important aujourd'hui, c'est quand même la loi El Khomri et tout ce qui va se passer derrière".

Dans le cortège toulousain, certains ont des avis encore plus tranchés. "J'aime bien le foot mais pour une fois j'espère que la France ne va pas gagner parce que je ne veux pas qu'une victoire de la France soit l'arbre qui cache la forêt et cache toutes les mobilisations contre la loi Travail", assure cette manifestante. "Dans une période plus calme et normale, je suivrais la compétition. Mais là, la priorité sera la lutte contre la loi Travail", revendique un autre. Et un dernier de pronostiquer: "Salariés 2, gouvernement 0".

Maxime Ricard avec Jean-Wilfrid Forquès