RMC

"Il faut que chacun bouge un peu": Edouard Philippe fait un pas vers les partenaires sociaux dans la crise de la réforme des retraites

Edouard Philippe a donné un signe d'ouverture à la CFDT en qualifiant mardi de "bonne idée" la proposition de conférence de financement, tout en appelant à ce que "chacun bouge un peu" afin de parvenir à un "compromis" sur la réforme des retraites.

Edouard Philippe estime ce matin qu'on sortira de cette crise en discutant et en avançant et "le plus tôt sera le mieux", selon lui. Premier geste d'apaisement, Edouard Philippe estime que la proposition de conférence de financement de Laurent Berger de la CFDT est une bonne idée. Mais avec quel mandat et quelles modalités? Cela reste à déterminer précise le locataire de Matignon. En tout cas, de nouvelles rencontres après celle d'aujourd'hui pourraient avoir lieu rapidement mercredi ou vendredi.

Au menu de ces discussions bien sûr l'âge pivot de 64 ans: Edouard Philippe rappelle que sa responsabilité est que le système soit équilibré. "Je n'en démordrai pas", réaffirme le Premier ministre qui appelle les syndicats à "bouger un peu" sur ce point.

"Le dialogue social ne se fait pas en une heure"

Au-delà de l'âge d'équilibre des concessions pourraient également être faites sur "la prise en compte de la pénibilité, les carrière progressives et l'évolution du minimum contributif". Edouard Philippe appelle également les Français à la patience: "Je sais que nos concitoyens voudraient qu'on sorte rapidement de la grève, je les comprends mais le dialogue social ne se fait pas en une heure", prévient-il.

Le projet de loi du gouvernement qui vise à instaurer un système universel par points sera examiné en Conseil des ministres le 24 janvier, a par ailleurs confirmé Edouard Philippe.

Jérémy Trottin