RMC

Intervention des forces de l'ordre à Fos-sur-Mer: "C'est une déclaration de guerre"

TEMOIGNAGES – Une intervention des forces de l'ordre a été menée mardi matin pour dégager les accès à la raffinerie ainsi qu'au dépôt de carburants de Fos-Sur-Mer (Bouches-du-Rhône), bloqués depuis lundi par des militants CGT opposés à la loi Travail.

La raffinerie et le dépôt de carburants de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) dont les accès étaient occupés depuis lundi par des militants CGT opposés à la loi Travail, ont été dégagés mardi à l'aube par les forces de l'ordre. Celles-ci ont rencontré "une résistance importante", les militants CGT allumant des feux de palettes et de pneus qui ont dû être maîtrisés, a précisé la préfecture de police. Sur RMC, Yann Maneval, secrétaire de l'Union Départementale CGT des Bouches-du-Rhône, raconte en direct le déroulé de l'opération: "On a été délogés par les CRS sans sommation. Nous avons été poursuivis et actuellement nous sommes cernés à l'intérieur de l'Union locale de Fos".

"Je crois qu'il s'agit d'une situation inédite", estime-t-il en ajoutant que "des gaz avaient été lancés jusqu'à entrer dans l'Union locale". Yann Maneval explique aussi que les militants CGT ont fait face "à des quantités phénoménales de CRS, à l'utilisation de canons à eau, de gaz en grande quantité et sans sommation et l'usage de la force avec les matraques". Il considère donc qu'il s'agit "d'une déclaration de guerre et on y répondra."

"Plusieurs camarades ont été touchés"

La tension est donc à son comble ce mardi matin à Fos-sur-Mer comme le confirme en direct à RMC Laurent Pastor, docker CGT dans cette raffinerie. "Les CRS sont intervenus de manière très musclée. Ils ont utilisé des flash-balls, des matraques, des grenades lacrymogènes à tirs tendus", témoigne-t-il avant d'assurer que "plusieurs camarades présents" ont été touchés, "notamment au visage et derrière la tête". "Ils nous ont poursuivi jusque dans l'Union locale et en ce moment ils sont toujours postés devant la porte. Personne ne peut entrer, personne ne peut sortir".

"On a appris qu'il y avait eu quatre arrestations au cours de ce déblocage dont une avec un gros tabassage à coups de matraque", poursuit-il tout en certifiant que celle-ci a été "filmée". Malgré cette intervention, il considère que le mouvement social "n'est pas terminé. C'est un commencement. Nous allons nous rassembler pour prendre les décisions qui s'imposent pour continuer la lutte et obtenir le retrait de la loi Travail".

Pour rappel, avant cette intervention, six raffineries sur les huit que compte le pays étaient touchées depuis lundi soir. Des blocages qui provoquent depuis plusieurs jours des difficultés d'approvisionnement de stations-service, entraînant des ruées d'automobilistes aux pompes.

M.R