RMC

Le secrétaire national du PCF plaide pour "une grève courte pour le bien des grévistes"

Invité des "Grandes Gueules" à l'occasion de la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, Fabien Roussel en a profité pour plaider pour un financement des retraites grâce aux dividendes.

Alors que les syndicats de la RATP ont annoncé que la grève dans les transports parisiens était reconduite jusqu’à lundi, Fabien Roussel le secrétaire national du Parti communiste espère lui que la grève durera "le moins longtemps possible". Invité des "Grandes Gueules" ce jeudi sur RMC, le député du Nord a appelé le gouvernement à entamer le dialogue avec les syndicats : "Pour les salariés faire grève, c’est une journée de salaire en moins et c’est une difficulté pour les usagers. C’est pour ça qu’on demande au gouvernement de retirer sa réforme et d’ouvrir les portes du dialogue pour que l’on puisse discuter sincèrement", a-t-il plaidé.

"Nous souhaiterions que l’allongement de la durée de vie ne soit pas pris comme un coût mais comme une chance. Cela nécessite de changer le financement et nous proposons que l’allongement de la durée de la vie ne soit pas que financé par le travail mais aussi par le capital. Entre 2010 et 2019, les dividendes versés aux entreprises sont passées de 30 milliards à plus de 51 milliards d’euros. Taux de cotisation sur la réforme des retraites ? zéro. Taux de cotisation sur nos salaires ? 10% employeurs et 10% salariés. On paie 20% en tout pour financer notre caisse de retraite et les dividendes zéro !", a assuré Fabien Roussel.

"Vous voulez que l’Etat finance tout"

"Le système que vous défendez reporte toute la fiscalité sur le travail. Vous voulez que le travail finance tout. Je pense que c’est la consommation qui doit tout financer et vous vous êtes pour l’assistanat de l’Etat, vous voulez que l’Etat finance tout", lui a rétorqué Mourad Boudjellal. "Sans arrêt vous assimilez les gens à des patrons du CAC 40", a-t-il ajouté lui reprochant également de pousser les gens à manifester et descendre dans la rue pour "exiger qu'on leur donne".

"Nous pensons aussi que l'on peut relancer l'économie en consommant", lui a répondu l'élu. "Tout le monde pourrait s'y retrouver, aussi bien les entreprises que les salariés. C'est pour cela que nous disons que s'il y a besoin d'une vraie réforme dans notre pays, c'est celle qui va permettre à tout retraité de partir en retraite avec une pension qui ne sera pas inférieure au SMIC!", a plaidé Fabien Roussel. La réforme des retraites, voulue par le gouvernement veut un nouveau minimum retraite correspondant à 85% du SMIC soit 1020 euros par mois. Aujourd'hui, le minimum retraite, appelé minimum contributif, est de 637 euros par mois.

Guillaume Dussourt