RMC

Légion d'honneur: la nomination du patron du fonds de pension BlackRock passe mal

La nomination du patron de la branche française du géant américain de la finance BlackRock au rang d'officier de la Légion d'honneur était critiquée mercredi par les opposants à la réforme des retraites, qui accusent la société de vouloir l'influencer à son avantage.

Jean-François Cirelli, patron de la branche française du géant américain de la finance BlackRock, a été nommé au rang d'officier de la Légion d'honneur. Une nomination qui ne passe pas pour certains.

Au cœur des suspicions, les contacts réguliers entre Jean-François Cirelli et le gouvernement. Pour les opposants à la réforme des retraites, les fonds de pension comme BlackRock tentent d'influencer les textes. Objectif supposé: promouvoir la retraite par capitalisation sur le modèle américain et profiter d'un nouveau marché en France. Un député LR a même saisi la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en décembre pour que BlackRock soit inscrit comme lobbyiste.

"Cette affaire est un aveu"

Le fonds de pension se défend de toute influence mais ça ne convainc pas du tout Ian Brossat. Pour le porte-parole du Parti communiste, cette promotion au grade d'officier de la Légion d'honneur est un révélateur: "C'est bien la preuve que le gouvernement travaille main dans la main avec le secteur des fonds de pension et des assureurs privés. Ce qui est proprement hallucinant, c'est que le gouvernement ne s'en cache même plus et cette affaire est en réalité un aveu".

C'est vrai que le timing n'est "pas génial", concède un député de la majorité. Mais la procédure a été lancée il y a des mois affirme-t-il, sans lien avec la réforme des retraites.

Romain Cluzel