RMC

Les employeurs prennent-ils assez en compte le bruit au travail? Ca fait débat sur RMC

La réponse est non si l’on regarde cette enquête de l’Ifop pour l’association "Journée nationale de l’audition". Près de 6 salariés sur 10, 59%, se disent gênés à cause du bruit et des nuisances sonores sur leur lieu de travail.

C’est 7% de plus en 1 an. Ceux qui se disent les plus gênés par le bruit sont les travailleurs de l’industrie, de la construction ou encore du bâtiment. On comprend bien pourquoi: travail en extérieur, exposés aux machines.

Mais de plus en plus de salariés de bureau se plaignent aussi. En particulier les jeunes confrontés aux open spaces.

Mariem et Abdel sont informaticiens dans le quartier d’affaires de la Défense:

"C'est impossible, on n'a pas de bureaux individuels, il y a des gens qui parlent très fort, moi j'ai toujours mon casque", assure l'un. "Moi, ça m'arrive de demander à travailler à distance, de chez moi".

Fatigue, nervosité et troubles du sommeil

Ce bruit persistant, ça veut dire de la fatigue, de la nervosité pour 8 travailleurs sur 10. Mais aussi, des maux de têtes, des problèmes de sommeil ou carrément l’apparition de troubles auditifs.

Rien d’étonnant selon Romain Bendavid qui a réalisé cette enquête pour l’Ifop: "Les organisations du travail évoluent de plus en plus: les espaces de coworking, le fait d'imposer les open spaces, le fait que dans certaines entreprises, il n'y ait plus de place attitrée, donc le bruit qui n'est pas un bruit familier devient potentiellement plus gênant. Et à côté de ça aussi, l'enjeu du bruit prend une ampleur croissante. Il y a quelques années, on ne nous sortait pas le bruit comme problème matériel numéro 1".

Et pourtant, seuls 37% des salariés osent aborder la question avec leur hiérarchie. Les directions sont peu nombreuses à tenter de résoudre le problème.

Un quart seulement ont songé à fournir aux salariés des bouchons d’oreilles ou des casques ou bien encore à créer des espaces sans bruit au sein de l’open space.

Matthieu Rouault (avec P.B.)