RMC

Les postiers sous-pression: "Chaque jour c'est un marathon, je me suis retrouvé en état d'échec"

Une quinzaine de bureaux de poste ont fermé à Paris ces dernières années.

Une quinzaine de bureaux de poste ont fermé à Paris ces dernières années. - Eric Piermont - AFP

Au cours des trois dernières années, 9 employés de La Poste se sont suicidés. Pression des supérieurs, tournées des facteurs rallongées, le comité d'hygiène et de sécurité de l'entreprise alertent sur une situation "préoccupante". Comme Michel, facteur, des employés de La Poste disent être au bord du gouffre.

Au guidon de son vélo jaune et bleu, Michel pleure parfois au beau milieu de sa tournée. Pour ce facteur de Chambéry, les conditions de travail à La Poste sont devenus insupportables. 

"Chaque jour est un marathon, du jour au lendemain on nous attribue plusieurs quartiers, on peut nous changer d'organisation. On se retrouve à devoir préparer des liasses de courrier et charger des vélos comme on n'avait jamais fait auparavant", explique-t-il. 

Avec le développement d'internet et la baisse de la quantité de courrier, La Poste a entrepris ces dernières années de modifier son organisation. La fréquentation des bureaux de poste s'est accentuée, des centres de tri se sont regroupés et les effectifs ont été diminués. Pour les postiers ces changements entraînent des tournées allongées et un rythme de travail qui devient parfois intenable. "D'un point de vue extérieur on a l'impression que ce n'est pas compliqué, mais ça prend pas mal de temps. Moi je me suis retrouvé dans l'impossibilité d'y arriver, en état d'échec", confie Michel. 

"On s'en prend à nos proches alors qu'ils n'y sont pour rien"

Depuis le début de l'année, ce facteur s'est déjà fait prescrire 3 arrêts de travail pour surmenage. Une souffrance au travail qui se ressent sur sa vie personnelle.

"En famille, souvent on s'aperçoit qu'on n'est pas là, qu'on est encore dans le travail. On s'en prend à nos proches alors qu'ils n'y sont pour rien, c'est lié au travail", poursuit-t-il. 

Avec le suicide de 9 postiers en trois ans, la situation inquiète les syndicats et qui leur rappelle ce qu'a connu France Telecom.

"On se retrouve avec le même phénomène que ce qui s'est passé avec Orange avec une organisation sciemment construite pour casser du personnel. Si ce système continue, je crains que le niveau incroyable de souffrance au travail qu'on enregistre lors de nos tournées syndicales dans les bureaux augmente encore et qu'il y ait encore plus de burnout, d'arrêts maladie, d'AVC, de pétages de plomb et malheureusement encore plus de suicides", prévient le syndicaliste. 

La direction de La Poste indique de son côté étudier chaque situation préoccupante avec attention pour accompagner les postiers en difficulté. 

C. B avec Gwenaël Windrestin