RMC

Macron interpellé par des retraités: "Je demande des efforts, ça ne rend pas populaire, mais j'assume!"

Le chef de l'Etat a été interrogé par plusieurs retraités jeudi sur la question de leur pouvoir d'achat, au cours d'un déplacement à Châlons-en-Champagne.

"J'assume". Jeudi, dans la Marne, Emmanuel Macron s'est offert quelques poignées de mains. La foule se masse alors nombreuse le long des barrières. Et plusieurs fois, cette même interpellation: "Pensez aux retraites des indépendants! Deux ans que je suis en retraite et j'ai été augmenté de 0%".

Les retraités sont inquiets, ils n'arrivent pas à digérer cette hausse de la CSG de 1,7 points est intervenue en janvier, amputant les revenus des retraités. qui grignote leur pouvoir d'achat. Emmanuel Macron est obligé de se justifier: "Je l'ai dit pendant la campagne, je n'ai pas pris les gens en traître. On redonne du sens au travail". Il exhorte même les retraités à "la patience".

"Ca m'est totalement égal"

Le chef de l'Etat assume de faire des mécontents et promet que la hausse de la CSG sera compensée. "Je sais que je demande un effort aux plus âgés, parfois il y en a qui râlent, mais je l'assume. Ils auront en contrepartie, une suppression de leur taxe d'habitation". 

La grogne se voit jusque dans les sondages. Le chef de l'Etat dévisse: jusqu'à moins 11 points de popularité dans certaines enquêtes. Mais le chef de l'Etat dit refuser de céder aux sirènes de l'opinion. La baisse dans les sondages, "ça m'est totalement égal. Je n'ai jamais commenté. Je ne commente pas les hausses, pas les baisses", a-t-il déclaré dans les rues de Châlons-en-Champagne.

Elisa Bartholomey & X.A