RMC

"Nous sommes obligés de monter d'un cran": les dockers du Havre pourraient durcir leur mobilisation contre la réforme des retraites

La Fédération nationale des ports et docks CGT doit se réunir ce mercredi pour décider des "modalités de lutte" pour les semaines suivantes. Une nouvelle journée "ports morts" a déjà été actée pour ce jeudi. Reportage au port du Havre.

Ils sont une trentaine à tenir le piquet de grève. Pour le moment, pas de blocage, mais cela pourrait changer. François, travailleur portuaire depuis 5 ans, est prêt à passer à l'action: "Empêcher les ferries de rentrer, empêcher tout trafic portuaire, le chargement, le déchargement etc. Bloquer l'économie de la France si possible. Une attaque au portefeuille du patronat. Nous sommes prêts à ne pas reprendre le travail jusqu'à ce que la réforme soit retirée".

"Nous sommes obligés de monter d'un cran"

La réunion de ce mercredi devrait justement poser les bases de la mobilisation pour les jours à venir. Pour Laurent Delaporte, secrétaire général CGT des travailleurs portuaires du Havre, il faut installer le mouvement dans la durée:

"Nous sommes obligés de monter d'un cran. Le gouvernement fait la sourde oreille depuis le début. Les ports sont les poumons de l'économie en France et les actions sont coordonnées sur l'ensemble des ports français. Tant qu'on ne montera pas en puissance, on ne sera pas entendus. Ça se fera en concertation avec différents secteurs d'activité, mais il est clair qu'on va monter en puissance pour dire stop".

Une journée "ports morts" a déjà été actée demain jeudi, jour de mobilisation nationale contre la réforme des retraites.

Rémi Ink (avec P.B.)