RMC

Pourquoi l'absentéisme au travail des Français est en hausse

L’absentéisme au travail est toujours en hausse avec une augmentation de 3,6% sur un an selon une étude. Une augmentation notamment plus marquée chez les 33-50 ans. Julien Vignoli, directeur général délégué de Gras Savoye Willis Towers Watson qui publie cette étude, était l'invité de RMC ce mercredi matin.

+16% en cinq ans ! Un cabinet spécialisé en ressources humaines a dévoilé les conclusions de son étude annuelle sur l’absentéisme au travail. Et les résultats sont en hausse: entre 2017 et 2018, l’absentéisme a augmenté de 3,6%. Plusieurs raisons expliquent cette hausse : la maladie, l’insatisfaction, l’engagement dans l’entreprise, ou encore la situation personnelle des salariés.

Julien Vignoli, directeur général délégué de Gras Savoye Willis Towers Watson qui publie cette étude, était l'invité de RMC ce mercredi matin pour évoquer ces résultats.

Cette augmentation est caractérisée à la fois par des arrêts plus longs, mais aussi une plus grande proportion de salariés concernés. La part des salariés ayant posé au moins un arrêt en 2018 a en effet progressé de 8% en 5 ans alors que la durée moyenne des arrêts a elle aussi augmenté de 8%.

"L’adhésion des salariés est en déclin"

"La tendance est à l’augmentation, ce qui est marquant ce sont les catégories touchées par l’absentéisme. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce ne sont pas les plus jeunes et les plus anciens dans l’entreprise, ce sont les 30-50 ans qui augmentent le plus.
Il y a deux phénomènes qui ressortent: le premier étant l’engagement dans l’entreprise, l’adhésion des salariés est en déclin, et peut-être une explication à l’absentéisme. Le deuxième concerne la croissance des situations familiales monoparentales et la nécessité pour les salariés de s’occuper d’un proche en situation difficile."

Sur le plan financier, l’absentéisme représente un coût chiffré par l'institut Sapiens en 2018 de 108 milliards d'euros par an pour les entreprises françaises, soit l’équivalent du budget annuel de l’Education nationale.

J.A.