RMC

Réforme des retraites: après les explications, l'heure de la contre-attaque pour la majorité

-

- - -

Après les annonces d'Edouard Philippe mardi, la CFDT et la CFTC ont appelé à la mobilisation le 17 décembre contre la réforme des retraites.

Laurent Berger, le patron de la CFDT, soutenait jusqu'ici le projet de réforme des retraites. Mais il considère qu'"une ligne rouge" a été franchie: pas question pour lui d'entendre parler d'âge d'équilibre, d'âge pivot, pourtant fixé progressivement à 64 ans, d'ici à 2027.

Après avoir assuré le service après-vente de ses annonces au 20h de TF1 hier soir, Edouard Philippe est allé distribuer les éléments de langage devant les députés de la majorité.

"Maintenant, c'est : sur le pont et en avant!" Edouard Philippe exhorte sa majorité à se bouger. Place à la contre-attaque: "On va reprendre notre bâton de pèlerin", dit un marcheur, conscient que s'ouvre la bataille de l'opinion.

"Mauvais signe"

"Notre dernière chance" ajoute un député, pour qui la perte du soutien de la CFDT est un "mauvais signe". Le 1er syndicat de France toujours opposé à l'âge pivot. Mais l'exécutif n'ira pas au bras de fer: "Ce n'est pas la guerre entre le Premier ministre et Laurent Berger". Richard Ferrand, le président de l'Assemblée, met en garde les députés. Pourtant, une partie d'entre eux est aussi sur le point de se braquer, déçue par l'idée d'une réforme seulement destinée à faire des économies.

Tout seul face à la rue, l'exécutif accélère: 22 janvier, présentation de la réforme en conseil des ministres. Examen au Parlement, fin février, avant les élections municipales.

Paul Barcelonne