RMC

Réforme des retraites: la CFDT prête à "aller au clash"?

Le Premier ministre Edouard Philippe jouera gros ce mercredi. La CFDT, favorable à la réforme des retraites jusqu'ici, pourrait bien faire machine arrière. L'Unsa pourrait aussi appeler à élargir la contestation.

Mardi soir, les partenaires sociaux étaient reçus par Jean-Paul Delevoye et Agnès Buzyn pour leur exposer les conclusions de deux ans de concertation. Tout le monde est sorti déçu de cette réunion sans nouveauté exprimée par l'exécutif. Les yeux sont désormais tournés vers l'allocution d'Edouard Philippe, demain au Conseil économique social et environnemental.

Le Premier ministre risque gros: plusieurs syndicats pourraient basculer en fonction des orientations qu'il annoncera.

Ce serait un vrai coup dur pour le gouvernement: la CFDT, soutien de poids de la réforme des retraites, n'a jamais été aussi près de la rupture. "Demain, ce sera le point de bascule, prévient un de ses responsables. Si Edouard Philippe ne renonce pas aux mesures budgétaires, on ira au clash". 

L'Unsa pourrait appeler à une mobilisation plus large

Le Premier ministre est aussi attendu de pied ferme par l'Unsa. Pour l'instant seule la branche secteur public est dans la rue: les enseignants, les policiers, et les agents RATP, mais si elle n'est pas rassurée, la maison-mère appellera à élargir la contestation.

Quant aux syndicats les plus farouchement opposés à la réforme, ils n'attendent rien de mercredi. FO et la CGT sont prêts à rester mobilisés jusqu'à Noël. Pour eux, c'est le retrait pur et simple du projet, ou rien. Et ils n'espèrent pas que le gouvernement leur fera ce cadeau si tôt.

Victor Joanin (avec P.B.)