RMC

Réforme des retraites: les députés d'opposition montent au créneau, Mélenchon veut une motion de censure

Proposition de motion de censure des insoumis, refus d'une commission spéciale, bataille d'amendements en vue ou craintes de 49-3: les oppositions sont montées au créneau mardi à l'Assemblée contre les conditions d'examen en février de la réforme des retraites.

Procédure accélérée, conférence de financement pour décider des mesures d'équilibre du système... L'opposition craint de voir l'examen du texte lui passer sous le nez. La députée Les Républicains, Annie Genevard s'agace: "L'Assemblée nationale qui examinera ce texte en première lecture n'aura pas à se prononcer sur la question du financement. C'est comme si vous votiez un budget dont vous ne voteriez que les dépenses et pas les recettes".

"Obligés de subir des LBD parlementaires", peste Mélenchon

Dans la foulée de la conférence de financement, le gouvernement prévoit même d'agir par ordonnances et cela rend furieux Jean-Luc Mélenchon, le chef de file des députés insoumis: "Dans quelle démocratie au monde une telle pratique existe où l'on présente à un Parlement un texte, on le fait voter mais ce n'est pas celui-là qui s'appliquera mais un autre? Et nous voici au Parlement obligés de subir des LBD parlementaires tels que le recours aux ordonnances et aux textes à trous".

Réponse politique du leader Insoumis: le dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement. Pour cela, il faut réunir 58 signatures de députés. Problème: socialistes et communistes ont refusé la proposition.

Edouard Philippe insiste, lui, sur la nécessité de ramener le système de retraites à l'équilibre financier d'ici à 2027.

Paul Barcelonne