RMC

Réforme des retraites: on a testé la plateforme de "participation citoyenne"

Sur Internet ou dans des "ateliers participatifs", les Français sont invités à réfléchir pendant six mois à la future réforme des retraites, dans le cadre d'une "consultation citoyenne" lancée jeudi par le gouvernement. Comment ça marche?

C'est le prochain grand chantier du gouvernement qui attend les Français, la réforme des retraites et la mise en place de la retraite par points. Objectif: que les salariés, les fonctionnaires, les agents des 42 régimes spéciaux... soient tous logés à la même enseigne, comme l'avait promis Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. 

"Il s'agit de créer un système universel où un euro cotisé donne les mêmes droits", rappelle le Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui se dit "persuadé qu'un sujet d'une telle ampleur nécessite une large consultation citoyenne".

Pour cela, la consultation passera par une "large consultation citoyenne" via un site dédié, ouvert à partir de jeudi et jusqu'au 25 octobre. Chacun pourra y "réfléchir aux différents scénarios ou alternatives", mais aussi "voter, commenter, proposer de nouvelles pistes" sur une dizaine de thèmes comme l'âge de départ, les droits de réversion ou les inégalités femmes-hommes.

RMC a testé

RMC a testé jeudi matin cette plateforme. Il suffit de s'inscrire en ligne avec votre adresse mail pour avoir accès aux 11 grands thèmes, comme par exemple: "A quel âge et à quelles conditions prendre sa retraite?". 

Sur cette question, 9 propositions sont formulées:

- "pouvoir partir à la retraite quand on le souhaite"

- "déterminer l'âge de départ en fonction de l'espérance de vie"

- ou encore "permettre des départ anticipés pour les personnes qui ont commencé à travailler tôt".

A chaque fois il est possible de voter : "d'accord", "pas d'accord" ou "mitigé". L'internaute peut ensuite argumenter en laissant un commentaire ou formuler une nouvelle proposition... 

Point final en novembre

Pour marquer le coup d'envoi de cette consultation, un premier "atelier de prospective collaborative" doit réunir jeudi au ministère de la Santé "27 femmes et hommes d'horizons et de profils variés", qui essaieront de "se projeter en 2040" pour imaginer "les impacts des décisions qui pourraient être prises en 2019". Par la suite, une série d'"ateliers participatifs en région" sont programmés en septembre et octobre, pour approfondir à chaque fois "une ou deux thématiques" avec "une centaine de citoyens".

L'ensemble des contributions fera l'objet d'une synthèse qui "sera rendue publique le 29 novembre" et soumise pour avis à un ultime "atelier citoyen" début décembre.

Julien Coudrot avec AFP