RMC

Restaurants: Thierry Marx dénonce "le racket" et "les menaces" des fournisseurs d'électricité

Thierry Marx, le chef étoilé et président de l'Umih, a dénoncé dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story le "racket" des fournisseurs d'énergie, alors que de nombreux hôteliers et restaurateurs voient leurs factures multipliées parfois par 10.

Le gouvernement hausse le ton face aux fournisseurs d'énergie. Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé jeudi une renégociation des contrats d'électricité à la baisse pour tous les artisans et les TPE. En plus des boulangers, seront donc concernés les hôteliers et restaurateurs, également gravement touchés par la hausse de leur facture d'électricité.

Un bon début pour Thierry Marx, le président de l'Umih, (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie), l'un des principaux syndicats du secteur, qui veut aller encore plus loin. "Il faut un tarif régulé, comme pour les particuliers", appelle le chef étoilé dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, dénonçant les méthodes des fournisseurs d'énergie.

"Les superprofits, c'est fini"

Pour peser, le chef étoilé veut que l'Etat s'investisse. Une rencontre doit avoir lieu ce vendredi à Bercy entre ces fournisseurs, le ministre de l'Economie, et l'Umih, qui veut des sanctions en cas d'abus. "Il faut continuer à agir avec l'État pour que ces grandes compagnies nous écoutent. À un moment donné, les superprofits, c'est fini. Il nous fallait la puissance de l'Etat pour discuter avec Total et les fournisseurs d'énergie qui ne nous écoutent pas et nous méprisent", déplore Thierry Marx.

"Quand vous avez un hôtel au fin fond des Pyrénées-Orientales ou de la Lozère, vous n'êtes pas entendus, on vous méprise. Quelqu'un a essayé de renégocier sa facture, immédiatement on l'a menacé de contentieux. Ce n'est plus acceptable pour les clients que nous sommes. Les fournisseurs d'énergie jouent la sourdine, ils continuent à engranger les profits. C'est presque, à la limite, du racket, avec des menaces", assure le président de l'Umih.

Quand demander les aides s'avère compliqué

Thierry Marx veut aussi que le gouvernement simplifie les démarches d'obtention des aides. "Il faut aussi un guichet unique pour permettre à tout le monde de s'y inscrire facilement et savoir si on a droit aux aides ou pas", appelle le chef, qui évoque des factures parfois multipliées par 10.

Et aujourd'hui, malgré les difficultés, beaucoup de restaurateurs ont renoncé à demander des aides devant les complications administratives rencontrées sur le site internet mis en place par le ministère de l'Economie. "68% des dossiers n'arrivaient pas au bout parce qu'il manquait toujours une pièce, donc on a insisté auprès de Bercy pour simplifier les choses, comment pendant la crise du Covid-19 où l'on avait un site simplifié avec une déclaration sur l'honneur notamment", rappelle le président de l'Umih.

Guillaume Dussourt