RMC

"J'en ai ras-le-bol": devant les boulangers, Emmanuel Macron tacle les numéros verts

Devant des boulangers invités à l'Elysée à l'occasion de la traditionnelle galette du palais, le président de la République Emmanuel Macron a fustigé les numéros verts estimant que "ça ne marche pas".

Canicule, pandémie de Covid-19, addiction, terrorisme, grand débat national, à chaque problème son numéro vert. Depuis 2017, les gouvernements successifs sous la présidence d'Emmanuel Macron ont multiplié la mise en place de numéros verts, ces numéros gratuits, censés répondre aux diverses interrogations des Français.

Mais Emmanuel Macron semble s'en être lassé. Ce jeudi, à l'occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette de l'Elysée, le président de la République a ironisé sur la multiplication de ces numéros verts.

"C'est impossible"

"On m'avait donné un numéro vert, mais il se trouve que j'ai eu un bon réflexe, j'ai testé le numéro vert qu'on m'a donné avant: ça ne marche pas", a lancé le chef de l'Etat devant un parterre de boulangers invités à l'Elysée. Ces derniers, qui font face à l'explosion du coût des matières premières et de leurs factures d'énergie, n'auront donc pas de numéro d'aide.

"Moi, j'en ai ras-le-bol des numéros verts dans tous les sens", a poursuivi Emmanuel Macron avant de s'en prendre ensuite aux circulaires "illisibles". "Beaucoup de nos artisans de nos TPE ont autre chose à faire que d'aller chercher dans nos sites internet des circulaires absolument illisibles ou des tableaux incompréhensibles. J’ai fait l'exercice comme un boulanger ou un boucher doit le faire, c’est impossible", a lancé le président devant un auditoire conquis qui l'a applaudi.

Le gouvernement tente d'enrayer la grave crise qui touche de nombreux artisans au premier rang desquels les boulangers, qui ont vu leur facture d'énergie parfois multiplier par six. Les plus petites entreprises peuvent bénéficier d'un bouclier tarifaire tandis et la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé que les 33.000 artisans de France pourront "demander le report du paiement de leurs impôts et cotisations sociales" pour soulager leur trésorerie.

Guillaume Dussourt Journaliste BFMTV-RMC