RMC

Retraites: Edouard Philippe en opération pédagogie

A la télévision jeudi soir, Edouard Philippe a rappelé les points de cette réforme des retraites inscrits dans le marbre. Pas de quoi calmer la contestation qui débute ce vendredi matin.

Première certitude dans cette réforme: quoi qu'il arrive, les Français vont devoir travailler plus longtemps: "Il faut dire la vérité aux Français. Compte tenu de l'évolution démographique, du rapport entre le nombre d'actifs qui paient les retraites et le nombre de retraités qui touchent les pensions, nous allons travailler plus longtemps", a assuré le Premier ministre Edouard Philippe ce jeudi soir sur TF1.

On ne sait toujours pas si c'est l'âge de départ à la retraite ou la durée de cotisation qui évoluera ni comment sera calculée la valeur du point. En revanche, le Premier ministre confirme que rien n'entrera en vigueur tout de suite:

"Le système doit commencer à fonctionner le 1er janvier 2025. Les Français qui sont à la retraite ne verront pas de différence, ils continueront à être régis par les anciens systèmes, ceux qui sont nés avant 1963 ne verront pas non plus la différence car ils ne sont pas concernés".

Un régime universel pour 2025

Autre confirmation, la fin des régimes spéciaux: "La réforme que nous voulons mettre en œuvre, c'est un régime universel en 2025, un système universel, c'est un système dans lequel il n'y a plus de régimes spéciaux".

Pas plus de détail sur le calendrier. La réforme doit être votée d'ici l'été 2020. Un peu plus tôt dans la journée, le haut-commissaire Jean Paul Delevoye affirmait que le projet serait connu avant les municipales.

Pierrick Bonno