RMC

Souffrance au travail: "on est gérés comme des ressources et pas comme des humains"

Selon une étude publiée par une complémentaire santé, l'engagement des salariés au travail diminue depuis 2009. 1 salarié sur 5 estime ne faire que de la présence au travail et 40% d'entre eux souffrent d'un manque de reconnaissance.

En ce jour de Fête du travail, il apparaît que les salariés français sont de moins en moins impliqués dans leur travail. 1 salarié sur 5 dit ne faire que de la présence à son. C'est le résultat d'une grande enquête annuelle sur le bien-être et la santé au travail publiée par une complémentaire santé qui pointe une diminution de l'engagement des salariés dans leur milieu professionnel.

A Lyon, RMC a rencontré des malheureux au travail. Mathias, 26 ans, aimerait bien que son travail l'aide à s'épanouir. Mais comme 40% des français sondés pour cette étude sur le bien-être au travail, ce salarié dans une société de services à la personne demande plus de reconnaissance: "Un petit mot de temps en temps. Dire que c'est bien, avoir de bons retours, c'est intéressant. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas", déplore-t-il.

"Le désengagement, on peut l'assimiler à du malheur au travail"

L'étude du mutualiste Malakoff Médéric montre aussi la perte des repères des salariés liés à l'organisation du travail. C'est le cas pour Hervé, chef de projet dans une grande entreprise d'informatique: "Je suis dans un corps de métier où je ne me sens pas appartenir à une entreprise. On est gérés comme des ressources et pas comme des humains".

Autant d'attentes que les entreprises doivent prendre en compte selon Alexandre Jost, le fondateur de la Fabrique Spinoza, un think-tank sur le bien-être: "Le désengagement du collaborateur, on peut l'assimiler à du malheur au travail et on sait aujourd'hui que les collaborateurs heureux sont coopératifs, meilleurs communicants et aident l'entreprise à être plus performante".

Et toujours selon cette étude, 67% des salariés estiment leur travail nerveusement fatiguant.

P.B. avec Gwenaël Windrestin