RMC

Vendanges, fruits et légumes... Des dizaines de milliers de postes à pourvoir partout en France

CA VOUS CONCERNE - Il y a en ce moment beaucoup de travail dans les champs et les vignes, mais les professionnels manquent de bras. Qu’est-ce qui se passe?

C’est en ce moment par exemple la cueillette des pommes ou des tomates. Les récoltes cette année sont tardives après l’été pourri. Les étudiants vont bientôt reprendre le chemin de la fac donc ils manquent à l’appel. Et les saisonniers étrangers ne sont pas là à cause de la crise sanitaire.

Résultat: les agriculteurs se retrouvent avec des parcelles entières dont ils ne peuvent pas s’occuper. Par exemple rien que dans le Grand Est 34.000 postes sont à pourvoir en ce moment. Et pas seulement des contrats courts, il y aussi 3.000 CDI qui attendent de trouver preneur.

Les Français boudent ces métiers, trop physiques, pas assez payés. Des métiers qui n’ont pas forcément bonne réputation, les jeunes hésitent à se lancer dans des formations agricoles. Et pourtant une fois diplômé il n’ont aucun problème pour trouver un travail !

En ce moment c’est aussi la période des vendanges. Comment je fais si je veux être saisonnier dans un vignoble?

Vous pouvez contacter directement le vignoble pour savoir s’il y a des besoins. Vous avez aussi les réseaux sociaux, et le site pole-emploi qui propose les offres de chaque région viticole, avec un “guide du vendangeur”.

Vous aurez notamment des conseils sur l’hébergement avec par exemple des adresses de campings, des liens pour le covoiturage ou encore l’équipement à prévoir.

C’est ouvert à tous, c’est un super job étudiant. Vous y avez aussi droit si vous êtes salarié en congés payés, avec l’accord de votre employeur. Vous allez signer un “contrat vendanges” c’est un contrat saisonnier spécifique qui ne peut pas dépasser 1 mois.

Il faut être assez flexible puisque la date définitive de début n’est fixée que quelques jours à l’avance. Par exemple en Alsace on sait que ça va démarrer dans une dizaine de jours. 1.500 saisonniers sont encore recherchés juste dans ce département !

Même si vous n’en avez jamais fait vous pouvez vous lancer, on ne vous demandera pas de qualifications particulières, juste d’être en bonne forme physique. Pour le reste, vous apprendrez sur le tas !

C’est généralement payé au SMIC, en gros comptez dans les 60 euros nets pour une journée de travail. Si vous trouvez une exploitation familiale vous pourrez même être nourris et logés. Soyez prêts à travailler aussi le dimanche, les grains mûrs ne prennent pas de week-end !

>>> A LIRE AUSSI - Quels sont les enjeux du congrès sur la biodiversité qui s'ouvre à Marseille?

Géraldine de Mori (avec J.A.)