RMC

Ecrasante majorité au FN pour Marine Le Pen, selon Ifop

Une écrasante majorité (91%) des sympathisants du Front national souhaite voir Marine Le Pen succéder à son père à la tête du parti, selon un sondage Ifop pour La Lettre de l'Opinion diffusé vendredi. /Photo prise le 13 décembre 2010/REUTERS/Jacky Naegele

Une écrasante majorité (91%) des sympathisants du Front national souhaite voir Marine Le Pen succéder à son père à la tête du parti, selon un sondage Ifop pour La Lettre de l'Opinion diffusé vendredi. /Photo prise le 13 décembre 2010/REUTERS/Jacky Naegele - -

PARIS (Reuters) - Une écrasante majorité (91%) des sympathisants du Front national souhaite voir Marine Le Pen succéder à son père à la tête du...

PARIS (Reuters) - Une écrasante majorité (91%) des sympathisants du Front national souhaite voir Marine Le Pen succéder à son père à la tête du parti, selon un sondage Ifop pour La Lettre de l'Opinion diffusé vendredi.

Son unique rival, le député européen Bruno Gollnisch, n'est désigné que par 6% des personnes interrogées, 3% des sondés ne choisissant ni l'un, ni l'autre.

Pour la première fois, le futur président du FN sera élu directement par les adhérents lors du congrès de Tours, les 15 et 16 janvier.

Marine Le Pen, qui bénéficie d'une forte notoriété médiatique, mise sur les adhérents pour distancer l'ancien numéro 2 du parti, qui possède des appuis parmi les cadres et les militants actifs du FN.

Mais elle pense que le vote des adhérents en sa faveur sera moins massif que ne le serait celui d'électeurs interrogés par des instituts de sondage.

"Je n'ai jamais pensé à une victoire écrasante et je n'y tiens pas du tout. je considère que le Front national est un outil et je ne voudrais pas qu'il soit abîmé à l'issue du congrès", a-t-elle récemment dit à Reuters.

"Que Bruno Gollnisch et ses amis aient une place, représentent une sensibilité du FN ne me pose aucune difficulté", a-t-elle ajouté.

La fille de Jean-Marie Le Pen, qui est créditée de 12 à 14% des intentions de vote pour la présidentielle de 2012, se dit certaine de pouvoir accéder au second tour comme son père en 2002, où il avait éliminé le candidat socialiste Lionel Jospin.

Le sondage Ifop a été réalisé du 7 au 16 décembre auprès d'un échantillon de 3.962 personnes au sein duquel un échantillon de 225 sympathisants FN a été isolé.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

REUTERS