RMC

Enfant séquestré pendant 3 ans: "cet enfant va devoir réapprendre la vraie vie"

RMC
Séquestré pendant trois ans par son père dans un logement insalubre, un petit garçon de 8 ans a été libéré cette semaine à Mulhouse. S'il n'a pas subi de violence physique, le petit garçon, livré à lui-même, présente des "carences éducatives très graves".

"Pas du tout éduqué", "livré à lui-même", prostré… Pendant 3 ans, un petit garçon de 8 ans est resté reclus dans un logement insalubre à Mulhouse. La police l'a libéré cette semaine. Il vivait avec son père dans un appartement d'un immeuble de quatre étages proche de la gare de Mulhouse, un logement "d'une saleté repoussante", et "très sommairement meublé". Il n'était "ni suivi médicalement, ni scolarisé".

L'enfant, "pas du tout éduqué", sortait "à peine de temps à autre, juste pour faire quelques courses avec son père". Mais "l'essentiel du temps", et notamment lorsque son père travaillait, il restait "absolument livré à lui-même", avec pour seule compagnie la télévision. Il ne pouvait pas sortir, et avait pris une "habitude de prostration".

"Une situation extrêmement traumatique"

Pour Sylvie Copper Royer, psychologue pour enfant, le garçonnet conservera des séquelles à vie: "C'est un enfant qui sort d'une situation extrêmement traumatique, d'une rare violence, il a du se sentir extraordinairement en insécurité. Il a été mis entre parenthèses et il faut qu'il atterrisse dans une vie qui est faite de rencontres avec les autres et pas seulement la télévision et les images virtuelles. Il doit réapprendre la vraie vie".

La mère, qui n'avait plus revu son fils depuis la séparation du couple en octobre 2012 à Nice, s'est déplacée à Mulhouse, mais le petit garçon ne souhaite pas la voir pour le moment.

Pour Sylvie de Montchenu, psychothérapeute pour enfants, il peut y avoir plusieurs explications: "ou le père a opéré tout un processus de dénigrement par rapport à la mère, ou alors dans son isolement – et 3 ans, c'est une éternité pour un enfant-, il a oublié sa mère dans son repli sur lui. Ou alors avant ces 3 ans, la structure familiale était déficiente et les souvenirs qu'il en a ne sont peut-être pas de bons souvenirs".

Placé vendredi en détention provisoire, le père, un ressortissant tunisien âgé de 37 ans, encourt 30 ans de réclusion. Il a été mis en examen pour enlèvement, séquestration et soustraction à ses obligations parentales, cette dernière qualification étant, selon le procureur, "la plus importante".