RMC

Et s'il fallait relativiser le risque terroriste? s'interroge le philosophe Michel Serres

-

- - AFP

Dans un entretien au Monde, le philosophe Michel Serres rappelle que l'Europe est en paix, malgré les attentats et le risque terroriste.

Le philosophe Michel Serres, 86 ans, l'affirme dans Le Monde: "L'Europe occidentale vit une époque paradisiaque". En 2014, près de 33.000 personnes ont trouvé la mort dans un attentat dans le monde. Dans le même temps, 8 millions de personnes sont mortes d'une maladie cardiaque, 6 millions et demi d'un accident vasculaire cérébral, un million et demi du sida, plus d'un million du diabète ou de la tuberculose. Ce sont ces chiffres-là que le philosophe tient à rappeler.

"Les fabricants de cigarettes, bien plus dangereux que Daesh"

"La dernière cause de mortalité dans le monde c'est la guerre, la violence et le terrorisme. Si vous regardez ce nombre-là par rapport au nombre de gens morts à cause du tabac, des fabricants de cigarettes, des voitures, c'est beaucoup plus dangereux que Daesh, des millions de fois plus dangereux", rappelle-t-il sur RMC.

Et de préciser: "Loin de moi évidemment l'idée de mépriser ces phénomènes-là et de ne pas avoir pitié des victimes bien entendu. Mais c'est vrai que nous sommes sensibles à la violence et que moins on vit dans la violence plus on est sensible à la violence".

Dans son entretien au Monde, il rappelle que les guerres qu'il a vécu le premier tiers de sa vie étaient bien plus meurtrières: "Entre les crimes de Franco, Hitler, Staline ou Pol Pot et ceux que nous vivons, mais qui font bien moins de morts et de blessés, il n’y a pas photo. En regard de ce que j’ai vécu durant le premier tiers de ma vie, nous vivons des temps de paix".

P.B. avec Marie Régnier