RMC

Explosion à Paris: "Ma fille ne marchera plus, une porte a broyé ses jambes" confie Dounia sur RMC

TÉMOIGNAGE RMC - Le bilan de la violente explosion survenue samedi dans le centre de Paris s'est alourdi à quatre morts. Une cinquantaine de personnes ont également été blessées, dont Inès, une étudiante qui travaillait dans un hôtel de la rue, ce matin-là.

L'émotion et la dignité de Dounia sur RMC. Auditrice de RMC, la maman d'Inès a contacté le 32.16 d'RMC pour apporter un témoignage glaçant: sa fille, Inès, est l'une des victimes de la rue de Trévise, où a eu lieu samedi matin une forte explosion.

La jeune femme travaillait à l’Hotel Mercure, rue de Trévise, samedi matin, lors de l'explosion. Au téléphone avec Jean-Jacques Bourdin, Dounia, sa mère, confie que sa fille ne marchera plus: "Une porte a broyé ses jambes". 

"Son pronostic vital n'est plus engagé, mais elle est grièvement blessée. Elle était la première à avoir reçu la porte de l'hôtel dans les jambes. Et dans la panique, les gens ont marché sur cette porte. A 22 ans, elle a les jambes broyées, elle est consciente qu'elle ne marchera plus. Elle repart au bloc aujourd'hui. Devant elle, je ne pleure pas, mais dans le couloir, j'explose. Elle se préparait à une carrière dans la magistrature" confie-t-elle.

Dounia explique ne voir personne dans les couloirs de l'hôpital: "Il n'y a personne pour nous soutenir, nous les familles. (...) Ses collègues, qui sont jeunes aussi puisqu'ils sont tous étudiants: l'un est placé dans le coma artificiel a perdu un oeil et une main, une autre jeune femme de 19 ans risque de se faire amputer les deux jambes..."

"Dans le portable d'Inès, il y a une dernière vidéo où on entend l'explosion"

Sur RMC, elle affirme que depuis la veille de l'explosion, "tout le monde dans la rue se plaignait d'une odeur de gaz". "La directrice de l'hôtel disait qu'il y avait une odeur bizarre, une odeur de gaz dans l'hôtel le vendredi. Quand ils ont vu qu'il y avait des travaux, ils ne sont pas inquiétés" explique-t-elle. 

"Dans le portable d'Inès, il y a une dernière vidéo où on voit les pompiers en intervention. On l'entend dire qu'il n'y a pas le feu, se demander ce qu'il se passe. Et on entend l'explosion. C'est une catastrophe, ce sont des destins brisés, c'est une erreur de la ville de Paris qui vient de briser des vies. Qui sera la prochaine victime?" dénonce-t-elle sur RMC. 

Le bilan de la violente explosion survenue samedi dans le centre de Paris s'est alourdi à quatre morts après la découverte, dimanche, du corps d'une femme dans les décombres où les pompiers étaient toujours à pied d'oeuvre pour déblayer les bâtiments endommagés. Une cinquantaine de personnes ont également été blessées - neuf grièvement dont un sapeur-pompier et 45 légèrement -, dont plusieurs touristes étrangers présents dans ce quartier central de la capitale qui compte de nombreux hôtels. 

Xavier Allain