RMC

Fabius sur RMC: « Si les attaques chimiques en Syrie sont avérées, il faudra une réponse de force »

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères.

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. - -

Ce jeudi sur RMC et BFMTV, JJ. Bourdin recevait L. Fabius. Le ministre des Affaires Étrangères s'est prononcé sur la situation en Syrie et en Égypte. Il a également fait le point sur le conflit Israélo-Palestinien.

Laurent Fabius était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi sur RMC et BFMTV. De 8h35 à 9h, le ministre des Affaires étrangères a commenté la situation au Moyen orient et en Syrie particulièrement où des rumeurs d’attaques chimiques sont remontées jusqu’au Conseil de sécurité de l’ONU. Laurent Fabius s'est également prononcé sur la situation en Egypte avec la libération annoncée pour ce jeudi de l’ancien président Hosni Moubarak. Le ministre des Affaires étrangères a également donné son point de vue sur la situation Israélo-palestinienne.

Sur la fin des heures supplémentaires défiscalisées

8h55 - Laurent Fabius : « Je ne sais pas ce que le gouvernement va faire. Je ne vais pas mettre mon grain de sel. La question c'est quel est le niveau de prélèvement ? Je pense qu'il faut faire attention, être prudent. Le budget est en déficit, il faut bien l'équilibrer ».

Sur Valls et le "désordre" qu'il aurait mis au sein du gouvernement

8h53 - Laurent Fabius : « Je ne m'occupe que des affaires du monde ».

Sur Israël/Palestine

8h52 - Laurent Fabius : « On parle moins de ce conflit en ce moment mais c'est le père de toutes les batailles. Il y a une bonne nouvelle dans cette région, c'est la Tunisie »

Sur l'Egypte

8h50 - Laurent Fabius : « Il y a eu des répressions violentes mais de l'autre côté, il y a eu des dérives aussi. La population a pris à parti les journalistes et les occidentaux en disant : "vous soutenez les Frères Musulmans". Ce n'est pas vrai, nous ne soutenons pas les Frères Musulmans ».

8h48 - Laurent Fabius : « Nous ne supprimons pas l'aide économique. Sur le plan militaire on suspend l'envoi de matériel qui pourrait permettre la répression intérieure. Mais il y a des attaques de fondamentalistes et là, l'Egypte a toujours besoin de moyens pour se défendre ».

Sur l'Iran

8h47 - Laurent Fabius : « Quand on parle de l'Iran, il y a deux aspects. L'Iran par le Hezbollah est lié à la Syrie. L'autre aspect, c'est le nucléaire militaire en Iran. Mais s'il y a un nouveau président, les risques nucléaires, eux, sont toujours présents ».

Sur la Syrie et les possibles attaques chimiques

8h43 - Laurent Fabius : « Si la Syrie de Bachar refuse l'inspection, ça signifie qu'ils sont coupables. Il faut que les Russes prennent leurs responsabilités. Tous les membres du Conseil de sécurité ont signé l'accord international qui interdit les armes chimiques. Donc il faut autoriser les inspections ».

8h40 - Laurent Fabius : « Nous n'allons pas aller sur place ni envoyer de militaires. Si les attaques chimiques sont avérées, il faudra une réponse de force. Je n'irai pas plus loin. Il n'est pas question d'envoyer des troupes au sol. La France est en pointe mais en Syrie, ce n'est plus qu'un simple conflit local mais c'est un conflit international. Derrière la Syrie, il y a l'Iran et les Russes ».

8h35 - Laurent Fabius : « Le président de la coalition nationale syrienne me confirme les éléments : attaques très dures et utilisation d'armes chimiques. Nous avons fait saisir le Conseil de sécurité de l'ONU. Si Bachar el-Assad n'a rien à se reprocher qu'il laisse la délégation de l'ONU en Syrie aller sur place. S'il y a eu utilisation d'armes chimiques, tout le monde dit qu'elles viennent de Bachar. Il faut autoriser les enquêteurs à aller sur place. Les Russes sont intervenus pour moduler cela. Si les Syriens ne veulent pas, c'est qu'ils sont pris la main dans le sac ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce jeudi.

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin