RMC

Fabrice Arfi (Mediapart): "Derrière l'outrance et l'arrogance des Balkany il y a des victimes"

Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, ce vendredi chez Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, ce vendredi chez Jean-Jacques Bourdin sur RMC. - RMC

Le journaliste de Mediapart, Fabrice Arfi, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce vendredi matin, au lendemain de la mise en examen de Patrick Balkany pour fraude fiscale. Selon Mediapart, la fortune des Balkany est estimée à 16,5 millions d'euros.

Il dénonce "un acharnement politique", des "affabulations", et menace même "d'assigner le Fisc". C'est peu dire que Patrick Balkany n'a pas digéré sa mise en examen, jeudi, pour fraude fiscale. Déjà mis en examen pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale dans ce dossier, l'élu du parti Les Républicains a de nouveau été mis en examen jeudi par les juges, qui le soupçonnent d'avoir, entre avril 2011 et janvier 2014, omis une partie substantielle de son patrimoine. L'enquête concerne une grande propriété où vit le couple à Giverny (Eure) et trois villas, deux sur l'île antillaise de Saint-Martin et une autre à Marrakech.

"On découvre tous les mois des nouveaux avoirs des Balkany"

Patrick Balkany a beau se montrer menaçant, pour Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, le couple Balkany a bel et bien frauder le fisc, et ce depuis des années. "Le patrimoine des Balkany, tout cumulé (les comptes offshore, les domaines, les villas, les 4X4, les riads, les meubles…), c'est 16,5 millions d'euros, selon la dernière estimation du fisc, qui date de décembre", révèle ce vendredi Mediapart. "Mais on découvre tous les mois des nouveaux avoirs des Balkany dissimulés aux services de l'État français", ajoute le journaliste, invité ce vendredi de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

"Une impunité qui aura duré une décennie"

"Le problème n'est pas d'être riche, le problème quand on est élu, c'est d'abord l'origine de la fortune, et ensuite, les impôts que l'on doit acquitter sur cette fortune. Le problème des Balkany c'est qu'ils n'ont pas payé l'ISF depuis des décennies là-dessus. C'est pourquoi il y a un contrôle du fisc qui a été lancé, parallèlement à l'action judiciaire, qui porte au moins sur la période 2008-2013", explique Fabrice Arfi. "La chute (des Balkany) à laquelle on assiste est le miroir d'une impunité qui a duré des décennies et une justice qui a été paralysée", poursuit le journaliste, qui livre cette anecdote : "Pendant des années, sur leur feuille d'impôt, les Balkany déclaraient plus d'argent dépensés pour les domestiques que de revenus, c'est bien qu'il y a un problème".

"Les habitants de Levallois sont les premières victimes"

Fabrice Arfi n'oublie pas que "derrière l'arrogance, l'indécence, les outrances des Balkany, il y a des victimes". "(Les impôts) que ne payent pas les Balkany, ce sont les administrés de toute la France mais aussi de Levallois qui les paient, poursuit le journaliste. Les administrés de Levallois-Perret sont les premières victimes de la corruption et de la fraude fiscale. Quand on entend les habitants de Levallois dirent 'ils sont formidables, ils nous offrent pleins de choses à noël'… mais ils le font avec leur argent !".

Philippe Gril avec JJ. Bourdin et AFP