RMC

Fillon sur RMC: "Mon nom n'a jamais été cité dans une affaire"

L'ancien Premier ministre et candidat à la primaire de la droite et du centre, François Fillon, a répondu aux questions des auditeurs de RMC, ce vendredi. Retraites, emploi, islam... Retrouvez ici l'essentiel de ses réponses.

AFFAIRES POLITIQUES: "Mon nom n'a jamais été cité dans une affaire"

Accusé par un auditeur d'avoir pactisé avec Jean-Pierre Jouyet pour nuire à Nicolas Sarkozy, François Fillon a répondu: "Le tribunal a reconnu qu'il y avait eu diffamation à mon égard. Je n'ai jamais abordé avec le secrétaire général de l'Elysée des questions touchant à la justice". "En 35 ans de vie politique, mon nom n'a jamais été cité dans quelque affaire que ce soit. Ce n'est peut-être pas un hasard", a-t-il ajouté.

RÉFÉRENDUM: "J'en organiserai un tout de suite"

François Fillon l'assure, s'il est élu président de la République en mai prochain, il n'hésitera pas à consulter les Français sur des thèmes majeurs. Et ce, le plus rapidement possible. "Je vais en organiser un tout de suite, sitôt après les élections, en septembre. Pour poser aux français deux questions. D'abord s'ils acceptent qu'on inscrive dans la Constitution le principe d'égalité des régimes sociaux. Et deuxième question: sur la réduction du nombre de parlementaires. Donc oui je veux utiliser cet outil du référendum.

GOUVERNEMENT: "Je veux un gouvernement de 15 ministres, pas un de plus"

"Je veux un gouvernement de 15 ministres, pas un de plus et sans secrétaire d'Etat. 15 ministres qui soient compétents".

"Je trouve qu'il y a une dérive qui s'est installée dans le système avec beaucoup de ministres jeunes qui sont là pour l'image mais qui n'ont pas l'autorité morale et personnelle pour s'imposer à l'administration dont ils ont la responsabilité".

"Ça veut dire des poids lourds de la politique ou des personnalités de la société civile qui ont, par leur réussite professionnelle, une autorité morale".

RETRAITES: "Il faut travailler plus longtemps"

Interrogé par une retraitée, François Fillon rappelle qu'il a "sauvé le régime des retraites en 2003". "Comment peut-on assurer la pérennité de notre régime de retraites et revaloriser les pensions ? En passant l'âge de la retraite à 65 ans. Il faut travailler plus longtemps et ceux qui disent le contraire mentent aux Français. Il faut aligner le régime du public et du privé. Et il faut progressivement passer au système de retraites par points.

"Ceux qui veulent des retraites décentes doivent militer pour l'allongement de la durée du travail, c'est la seule manière de financer les retraites" 

ISLAM: "Le CFCM est un échec"

"Je veux qu'il y ait une instance représentative, non pas des musulmans, mais de la religion musulmane. Le CFCM (Conseil français du culte musulman) est un échec, parce qu'il ne représente pas les musulmans. Il faut changer le mode de désignation des membres du CFCM, qui doivent être des théologiens, des personnalités respectées de la religion musulmane pour qu'à travers eux on puisse convaincre la communauté musulmane que les règles républicaines sont supérieures aux règles religieuses et qu'elles doivent s'appliquer".

ÉCONOMIE: "Mon programme est radical"

François Fillon le sait: c'est d'abord sur sa capacité à créer de l'emploi que sera jugé le prochain président. L'ancien Premier ministre propose donc un "choc économique". "Mon programme est radical. Pour relancer la machine économique, la France a besoin d'un choc économique et social. Je propose de réformer le marché du travail, de laisser une plus grande liberté aux entreprises pour négocier avec leurs salariés le temps de travail, je propose une réforme fiscale révolutionnaire en ce qui concerne les investissements, de généraliser l'apprentissage et l'alternance, et de baisser la dépense publique pour baisser les charges sur les entreprises et les salariés". Un programme selon lui adoubé par les économistes.

MARIAGE POUR TOUS: "Pas d'abrogation, mais PMA et GPA interdites"

Bien qu'il n'était pas favorable à la loi Taubira sur la mariage homosexuel, le candidat à la présidentielle l'assure: "Il n'est pas question de revenir sur le mariage, il n'y aura pas d'abrogation de la loi Taubira".

"Revenir dessus ce serait montrer du doigt les homosexuels d'une manière inacceptable"

En revanche, ce mariage pour tous a des conséquences sur la filiation. Je propose de réécrire le droit de la filiation, pour introduire la notion qu'un enfant est toujours le fruit d'un père et d'une mère. Ça veut dire qu'on interdit la PMA (sauf pour les couples hétéros), et qu'on interdit totalement la GPA".

Philippe Gril avec JJ. Bourdin