RMC

François Asselin, président de la CGPME: "Oui, surtaxer les CDD crée du chômage, voici pourquoi"

François Asselin, ce mardi sur RMC et RMC Découverte.

François Asselin, ce mardi sur RMC et RMC Découverte. - RMC Découverte

Le président de la CGPME a réagi ce mardi sur RMC au plan présenté la veille par le gouvernement en faveur de l'insertion des jeunes sur le marché du travail. Il n'a pas digéré la volonté de surtaxer les CDD, une mesure qui selon lui, va au contraire fermer la porte de l'emploi aux jeunes.

Pour la CGPME, c'est la concession de trop. Face au mouvement de contestation de la jeunesse contre le projet de loi travail, le gouvernement a présenté lundi un vaste plan en faveur des jeunes. Parmi les 11 mesures présentées: la surtaxation des CDD, pour inciter les entreprises à embaucher en CDI. Une hérésie, juge François Asselin, président de la CGPME, qui représente les PME et TPE, invité ce mardi de Jean-Jacques Bourdin.

"Aujourd'hui, 87% des premières embauches se font en CDD, rappelle-t-il. Donc taxer le CDD, ça revient à taxer le premier emploi ! Si on veut verrouiller l'emploi, continuons comme ça. Et ceux qui se battent pour accéder à l'emploi sont en train de se tirer une balle dans le pied avec une telle mesure".

"On surenchérit le coût du travail"

Pour François Asselin, surtaxer les CDD va même… créer du chômage. "On surenchérit le coût du travail, or, vous savez que la concurrence est féroce et une petite entreprise risque d'avoir des difficultés". Le salarié lui coûtant plus cher, "elle ne risque pas d'embaucher". Et puis on risque des dérives: avec des entreprises qui feront plus souvent appel à la sous-traitance, à l'auto-entrepreneuriat, aux salariés détachés (des étrangers qui travaillent en France dont les cotisations sont celles de leur pays d'origine, ndlr)".

"6 millions de Français frappent à la porte des entreprises, c'est dramatique"

"Le CDI est déjà tellement verrouillé lui aussi, que le marché de l'emploi est bloqué dans notre pays. Vous avez aujourd'hui 6 millions de Français qui frappent à la porte des entreprises, c'est dramatique", déplore François Asselin. "Si on arrive à déverrouiller le CDI, les chefs d'entreprises seront tentés d'embaucher en CDI. Le président de la CGPME prend l'exemple de l'Italie, qui a instauré le CDI à droits progressifs. "Ils ont eu 260.000 créations d'emplois". "Alors, on va nous dire : 'vous serez en emploi précaire pendant 3 ans'. Mais il vaut mieux avoir du boulot pendant 3 ans que de n'avoir jamais d'emploi".

P. G. avec JJ. Bourdin