RMC

François Hollande demande le "respect" à Martine Aubry

François Hollande, arrivé en tête de la primaire socialiste pour désigner le candidat à la présidentielle de 2012, demande à Martine Aubry le "respect". /Photo prise le 9 octobre 2011/REUTERS/Pascal Rossignol

François Hollande, arrivé en tête de la primaire socialiste pour désigner le candidat à la présidentielle de 2012, demande à Martine Aubry le "respect". /Photo prise le 9 octobre 2011/REUTERS/Pascal Rossignol - -

PARIS (Reuters) - Arrivé en tête de la primaire socialiste pour désigner le candidat à la présidentielle de 2012, François Hollande a annoncé qu'il...

PARIS (Reuters) - Arrivé en tête de la primaire socialiste pour désigner le candidat à la présidentielle de 2012, François Hollande a annoncé qu'il appellerait tous les candidats ce lundi et demandé le "respect" à sa rivale du second tour Martine Aubry.

Il a obtenu environ 39% des suffrages, devant l'ex-patronne du parti de 2008 à 2011 Martine Aubry (31%), le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg (17%), la candidate de 2007 Ségolène Royal (7%), le député de l'Essonne Manuel Valls (6%) et le radical Jean-Michel Baylet (1%).

"Entre Martine Aubry et moi-même, il doit y avoir un principe qui doit être celui de la sincérité - que les arguments s'échangent, c'est normal, nous sommes dans un second tour - mais en même temps celui du respect", a dit François Hollande sur RTL.

Martine Aubry et ses partisans ont amorcé quelques attaques contre lui depuis la fin de la semaine dernière, le présentant comme le représentant d'une gauche "molle", qui serait moins déterminée que la maire de Lille.

François Hollande n'a pas souhaité répliquer. "Je ne dirai rien qui puisse altérer l'image de celui ou de celle qui puisse être vainqueur de la primaire, je demande la même chose. Je connais par coeur ce genre de procédés, je laisse cela aux congrès socialistes", a-t-il dit.

Il a annoncé qu'il appellerait ce lundi tous les autres candidats à la primaire, y compris Martine Aubry, avec laquelle un débat télévisé est programmé mercredi.

Manuel Valls a annoncé dès dimanche qu'il appelait ses électeurs à voter pour François Hollande. Ségolène Royal, ex-compagne et mère des quatre enfants de François Hollande, doit se prononcer en ce début de semaine.

Arnaud Montebourg doit se prononcer sans doute ce lundi soir lors d'une intervention au journal de France 2. Il a fait campagne à la gauche du parti sur le thème de la "démondialisation" et de la lutte contre la corruption, avec succès, puisqu'il a dépassé les prévisions les plus optimistes.

François Hollande a promis de tenir compte de ses thèmes. "Je pense qu'un message a été prononcé (...) à travers Arnaud Montebourg, une volonté de protection par rapport à la mondialisation et de moralisation de la vie politique, je l'entends", a-t-il dit.

"C'est à moi de traduire concrètement ce que j'ai compris du scrutin. En l'occurrence, les victimes de la mondialisation attendent de la gauche qu'elle soit certes offensive pour que nous puissions redresser notre économie (...) mais qu'en même temps nous puissions prendre des mesures qui soient protectrices et solidaires", a-t-il ajouté.

La primaire socialiste, une première dans la vie politique française qui avait suscité des doutes, est finalement un succès puisqu'environ 2,5 millions de personnes y ont participé, donc très au-delà des militants socialistes qui sont moins de 200.000.

Thierry Lévêque

REUTERS